[SOCIÉTÉ] L’AFRIQUE ATTIRE DE PLUS EN PLUS SA DIAPORA

L‘Afrique est devenue attractive pour les diplômés de la diaspora

Venus en France pour finir leurs études, de nombreux diplômés africains préfèrent aujourd’hui retourner définitivement dans leurs pays pour y travailler.

Un phénomène croissant que plusieurs raisons expliquent

Rentrer en Afrique et apporter ses compétences et son expérience est une évidence pour beaucoup de jeunes diplômés et même pour certains travailleurs de la diaspora, en poste parfois depuis une dizaine d’années en France.
Le retour au pays natal ne s’inscrit plus sur un cahier laissé aux oubliettes des bonnes résolutions. Il est devenu une immédiateté spontanée au gré du contexte économique européen mais aussi grâce au regard plein d’espoir sur la croissance et les nouvelles opportunités en Afrique.

Projet d’un retour au pays natal

« Un retour ? S’interroge, en question rhétorique, Aïssatou Diagne, récente titulaire d’un Master en conseil et stratégie de banques. Mais c’est logique qu’on reparte travailler en Afrique, dans nos pays qui nous ont formés même si la France y a grandement participé ».
Employé d’une grande banque à la Défense (un quartier d’Affaires en région parisienne, ndlr), Joseph Minka, camerounais de 30 ans, abonde dans le sens de la jeune Sénégalaise. « Je suis dans une phase accrue de recherche d’un emploi en Afrique même si je suis en activité en France ».
Pour Latyr Mbodji, diplômé en Finances, la question du retour a toujours jalonné ses projets de vie et professionnel. « On est en France par obligation familiale vu l’investissement que nos proches ont consenti pour nos études. Mais personnellement après 9 ans d’expérience, il est temps de repenser à rendre ce que le Sénégal m’a apporté en me formant gratuitement du primaire à l’Université ».

Apport de compétence et d’expérience

Ce soudain intérêt à un retour définitif au pays a un lien avec la situation de crise économique européenne qui perdure depuis 2008 alors que le continent africain est en pleine croissance. « L’Europe est bloquée économiquement. La croissance et les perspectives sont davantage en Afrique, analyse Latyr Mbodji, l’expert en Finance ». Des opportunités qu’il faut saisir car il y a encore une véritable méconnaissance sinon une méprise des réalités économiques en Afrique depuis les bureaux de Paris qui empêche certains projets sur le continent de bien aboutir.
Joseph Minka en garde un souvenir exemplaire : « En 2009, pour le compte de ma boite, j’ai participé au financement d’un projet de construction d’un centre commercial dans un pays africain que je ne citerai pas. Le business plan était correct, les prévisions étaient bonnes. Mais l’un des collègues a jugé que le pays en question n’avait pas besoin d’un centre commercial parce que ses habitants n’avaient pas l’habitude d’aller au centre commercial. C’est aberrant quand on sait que ce qui est important c’est surtout la structure que ce qu’on y vend ». Une situation qui pousse à partir même si l’avenir n’est pas garanti.

Pas un choix par défaut

Le choix du retour se construit en toute conscience.« Ça peut être risqué comme choix de carrière. Plusieurs fois, lors de séjour à Dakar, j’étais en contact avec des RH ou des directeurs d’entreprise qui me promettaient monts et merveilles, raconte Latyr Modji. J’étais prêt à rentrer. Mais à mon retour à Paris pour finaliser le retour, mes interlocuteurs ne répondaient plus à mes appels téléphoniques et encore moins à mes mails ».

« Il y aura certainement un temps de réadaptation pour un système qu’on connaît mal vu que beaucoup d’entre nous n’ont jamais travaillé en Afrique » soutient l’ingénieur Eric Mungimur de la RDC.
Sa compatriote, Lydie Néel, à la recherche d’un emploi et membre de l’association Afip a une analyse plus générale sur la situation. « Il y a deux raisons essentielles. D’abord au niveau du recrutement, la diversité n’est pas beaucoup représentée. Puis une fois qu’elle parvient à intégrer l’entreprise, il y a un souci au niveau de la mobilité interne, c’est-à-dire des possibilités d’évoluer en carrière. C’est ce qu’on appelle le plafond de verre ».

L’auto motivation par délai

Devant un de ces deux cas, certains se donnent des délais pour rentrer en Afrique. « D’ici janvier 2013, si je ne trouve rien de concret, je pense rentrer, planifie Aïssatou Diagne ». Malgré 8 ans d’expérience en France, Badara Mbaye, diplômé en Finances, adopte la même démarche avec un deadline en début d’année prochaine. Cependant le banquier regrette « le manque de visibilité en terme de salaire et de carrière des sites web de sociétés africaines. Ils ne sont pas régulièrement mis à jour ». Une opacité que « le manque de réactivité des RH sur les CV envoyés via les sites web des entreprises ne viennent pas éclairer ».

Source: rumeurdabidjan.net

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook