• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] LA COULEUR DE PEAU OU LA LIMITE DE LA SOLIDARITÉ RELIGIEUSE ?

[SOCIÉTÉ] LA COULEUR DE PEAU OU LA LIMITE DE LA SOLIDARITÉ RELIGIEUSE ?

Tout comme les Palestiniens, les Darfouris sont musulmans. Mais, contrairement à eux, ils n’ont pas la peau blanche et ne sont pas arabes. Du coup, lorsqu’ils se firent massacrer par centaines de milliers, il y a quelques années de cela, dans le cadre d’un nettoyage ethnique opéré sciemment par le gouvernement d’Omar el Béchir, cela ne posa aucun problème. La prétendue « solidarité religieuse » n’est, on le voit, qu’une farce qui masque une autre réalité beaucoup moins avouable : la solidarité ethnique à centration arabe ou l’arabo-centrisme.

C’est le monde arabe, même minoritaire dans la « Oumma », qui continue à imposer « sa » solidarité ethnique au reste du monde musulman sous couvert de solidarité religieuse. Et cette fausse solidarité religieuse n’a visiblement pas tenu lorsqu’il s’agissait des Darfouris.

Ainsi tous ces hommes et femmes noirs que l’on a vu défiler ce week-end en France n’ont pas moufté lorsqu’Omar el Béchir massacrait des musulmans noirs au Darfour. On ne les a pas non plus entendus lorsque le Nord du Mali subissait la loi barbare des illuminés pré-moyenâgeux qui ont conquis la partie septentrionale du pays en y violant des adolescentes, en y coupant des mains des présumés-voleurs et en terrorisant la population à laquelle ils cherchaient à imposer la charia.

Face à des victimes arabes à peau blanche, voilà donc ces bons nègres se souciant soudainement de « l’humain musulman », ce dont n’ont pourtant pas bénéficié d’autres musulmans noirs opprimés. L’hypocrisie est ici caractérisée. La logique aurait voulu qu’au nom du principe de réciprocité, la solidarité ethnique que les Arabes réussissent à imposer aux Africains sous couvert de solidarité religieuse fonctionne de la même manière lorsque des Africains musulmans sont victimes de crimes. Sauf qu’ici il n’en est rien. Le maître reste le maître.

Pis encore, lorsqu’Omar el Béchir commettait ses crimes, des Africains relayaient la propagande de Khartoum présentant le gouvernement soudanais – qui envoyait pourtant des hélicoptères bombarder méthodiquement des villages appartenant exclusivement à des tribus négro-africaines, tout en évitant soigneusement des villages arabes pourtant mitoyens – comme victime d’une conspiration US. Le maître n’avait pas donné le « la » de l’indignation. Les « Karlouch » du Darfour pouvaient donc crever.

Aucune dignité ! Rien ! Des faux-semblants fabriqués à la hâte afin d’exorciser une conscience pourrie par la complaisance, le renoncement et la lâcheté de revendiquer pour soi ce dont le maître prétend se prévaloir lorsqu’il cherche à manipuler la thématique de la « solidarité religieuse » au nom, en réalité, d’une « solidarité ethnique » qu’il ne veut respectable que lorsque cela concerne son ethnie.

Lorsque les pays musulmans interviennent humanitairement en Centrafrique, c’est parce que la dichotomie musulmans/non-musulmans leur offre le cadre idéal et rêvé leur permettant d’envoyer à la face du monde, au nom du pathos, du « racket émotif » tous leurs éléments de langage concernant les « musulmans opprimés ».

Comprenez donc que les Africains musulmans et opprimés ne deviennent « victimes musulmanes » que lorsqu’ils sont persécutés par des non-musulmans permettant ainsi aux musulmans d’instrumentaliser leur oppression comme alibi d’une « solidarité religieuse ».

La différence entre les Centrafricains musulmans et les Darfouris musulmans ? Leur oppresseur : d’un coté, des ethnies non-musulmanes se vengeant des ethnies musulmanes accusées de les avoir opprimées à travers la Seleka ; de l’autre, un dictateur arabe prônant la suprématie arabo-islamique dans un pays qui a vu naitre les premiers rois nubiens.

A ce que l’on sache, les Kurdes sont bien des musulmans persécutés depuis des siècles, des êtres sans terre alors qu’ils représentent des millions d’individus. Pourquoi n’y a-t-il pas de solidarité religieuse à leur égard de la part de ces Africains ou Afro-descendants défilant ce week-end ? Tout simplement parce que les maîtres n’ont pas donné leur bénédiction pour en faire des victimes absolues, d’autant que leur existence remet justement en cause la suprématie ethnique arabe dans un pays comme l’Irak, par exemple.

A Halabja, Saddam Hussein, en a gazé près de 5000 en mars 1988, avant d’en éliminer 180 000 durant cette même année.

Le soutien palestinien de certains Noirs musulmans n’est donc pas de la solidarité religieuse mais bien une soumission à l’arabo-centrisme sur lequel ils calquent leur indignation sélective. Le tout est de l’assumer et d’arrêter de s’inventer un sens moral de haute valeur.

NB : Aux nombreux analphabètes incapables de déchiffrer un texte, ce texte ne reproche pas aux Africains de soutenir la Palestine mais analyse d’abord l’argumentaire religieux utilisé pour la soutenir et ensuite démonte le mythe de cette solidarité religieuse puisqu’ils ne l’appliquent visiblement pas à beaucoup d’Africains musulmans quand ils sont opprimés. Très amusant de constater que ceux-là même qui, en France, pleurnichent sur le deux poids/deux mesures en reprochant à l’État de privilégier la dénonciation de l’antisémitisme au détriment du racisme, soient ici incapables de percevoir leur propre politique du 2poids/2mesures lorsqu’on la leur met sous le nez et se mettent à jouer les victimes. Ceux qui dénoncent tous les crimes subis par des peuples opprimés sans exception ne devraient pas se sentir concernés par ce qui est écrit puisque cela vise uniquement ceux qui justement ne s’indignent que lorsqu’on leur en donne l’ordre.

Kahm Piankhy

Sourcehttps://www.facebook.com/kahm.piankhy/posts/919974064696222

Le titre a été choisi par NegroNews.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Commentaires

  1. JIji dit :

    Le principe même de solidarité religieuse est pourri. Parce qu’il créé une échelle de la solidarité, une barrière même. Pourquoi ne pas être solidaire des chrétiens qui se font massacrés au Kenya et au Nigeria par Boko Haram? Par ceux qui sont forcés à la conversion ou à la mort par les fous de EIJ en Irak? Et de façon général, pourquoi ne pas être solidaire de tous les êtres humains qui souffrent?Votre argumentaire commence bien. Je suis bien d’accord avec le ridicule de ce 2 poids, 2 mesures. Mais allez plus loin. La solidarité doit être humaine, pas religieuse. N’est-ce pas ce que les principales religions sont censées apprendre aux hommes justement? 

  2. renaissance dit :

    bien dit je me demande le pourquoi nous les noirs nous devons soutenir la palestine comme quoi pour raison on les bombarde mais il ya les notre aussi qui en sont victime de leur domination et tant que les notre je veux dire les noirs palestiniens ne seront pas libre ils peuvent tous aller crever

  3. chameau qui pue dit :

    C’est bien continue de faire monter la haine anti arabe des noirs, bravo. Deja que c’est pas l’amour fou… On est tous potes à la cité ont a pas envie qu’une bande de pseudo black panthers casse cette unité entre nous. Alors oui ya du racisme, oui on  parle pas assez Darfour. Mais apporte nous des solutions au lieu de dire aux noirs de chier sur les arabes

  4. Mohamed dit :

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’auteur.Le premier problème pour moi est que je découvre par ce texte des atrocités sans nom. Malheureusement la communauté africaine est celle que est la plus touchée par l’indifférence de son prochain. Nous pouvons regarder nos voisins se faire sans réagir.Pourquoi nous en tant qu’africains nous ne bougeons pas le petit doigt quand nos frères/sœurs/pères/mères se font attaquer? En islam, il n’y a pas de supériorité d’une race par rapport à l’autre tous sont égaux devant Dieu. Hélas peu de gens l’ont compris. Le cas de la Palestine a reçu une médiatisation des arabes puis repris par l’ensemble de la communauté.Cela devrait être pareil pour les Rohingya, les thadiens, les centre africains.Notre problème à nous musulmans est que nous ne connaissons plus grand chose de notre religions et le jour ou l’on reviendra à nos principes les choses vont changer.  

  5. mitch dit :

    Notre ennemi n’est pas une race ,ni une couleur, ni religion, mais c’est tout simplement le « sionisme » les sioniste se battent pour ouvrir les portes de l’enfers et la c’est tout l’humanité qui sera en danger … 

    1. JIji dit :

      Au moins, le conflit se limite à Israel. Mais qu’est-ce qui tue le plus de musulmans dans le monde? D’autres musulmans. En Afrique, au moyen-orient, au Pakistan, en Syrie, en Irak…partout dans le monde, des fous qui se prétendent de l’Islam tue – et dans des proportions bien plus grandes qu’Israel – des hommes. Les portes de l’enfer sont déjà bien encombrées par ceux-là. Et pourtant, je ne vois jamais des gens dans la rue dénoncer ces dizaine voire centaine de milliers de morts. Pourquoi?

Suivez-nous sur Facebook