• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] KESHI CRITIQUE VIVEMENT LES ENTRAÎNEURS BLANCS EN AFRIQUE

[SOCIÉTÉ] KESHI CRITIQUE VIVEMENT LES ENTRAÎNEURS BLANCS EN AFRIQUE

L‘entraîneur nigérian Stephen Keshi a vivement critiqué le rôle de certains entraîneurs blancs dans le football africain, quelques semaines avant la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Keshi s’exprime en particulier sur ceux qui travaillent sur le continent, ce qui n’est pas le cas du Français Hervé Renard qui avait entraîné la Zambie en 2012 par exemple.

Le coach nigérian déclare : « Les Blancs viennent en Afrique juste pour l’argent. Ils ne font rien que nous ne pouvons pas faire. Je ne suis pas raciste, mais c’est comme ça. »

Cependant l’entraîneur écossais Bobby Williamson qui a sous son aile, l’équipe ougandaise, est en désaccord et a annoncé à BBC sport : « Quand je suis venu ici pour la première fois, on me donnait à peine assez d’argent pour payer l’hypothèque. Mon salaire a augmenté parce que j’ai connu une période de succès durant les tournois régionaux (tournois concent l’Afrique centarale et de l’Est) et j’ai également été proche de la qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations (…) C’est comme la plupart des footballeurs africains qui jouent en Grande-Bretagne, ils ne sont pas juste là pour l’amour du football, ils sont là pour l’argent, ils sont professionnels. »

Keshi, qui avait remporté la Coupe des Nations en tant que joueur en 1994, a aussi fortement critiqué l’attitude de certains organes du continent africain. Le Nigérian sent qu’il y a une différence visible dans la manière dont les entraîneurs locaux et étrangers sont traités par les associations de football en Afrique.

« Quand les fédérations emploient les entraîneurs africains, ils exigent d’eux qu’ils gagnent la Coupe du Monde, la CAN et tous les jeux. En attendant, quand on donne le même poste à un Blanc, on leur dit qu’ils ont besoin d’un an pour s’adapter, pour connaître le pays et les joeurs, on leur dit « ne t’inquiète pas, prend ton temps ». Ce n’est pas professionnel et ça fait partie des choses qui tue le football africain ».

Toutefois, Williamson a répliqué que les entraîneurs africains devraient être plus qualifiés : « Il ne s’agit pas d’être noir ou blanc, il s’agit du fait d’être qualifié. Je suis qualifié. Ma licence UEFA (Union européenne des associations de football) n’expire qu’en 2016 et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour la garder (…) Je ne pense pas que beaucoup d’entraîneurs africains aient cette licence et c’est le plus gros problème. Ils ont des licences de la Confédération du football africain mais je ne pense pas qu’elles correspondent au niveau des licences européennes. »

Sur les 16 entraîneurs qui dirigeront les équipes qualifiées pour la Coupe d’Afrique des Nations 2013, neuf sont originaires d’Europe ou d’Amérique du Sud, tandis que sept sont originaires d’Afrique. Les entraîneurs étrangers, principalement européens ont eu pendant longtemps (et ont toujours) une influence sur le football africain.

Traduit à partir de l’article « Keshi raises concerns over white coaches in Africa » sur bbc.co.uk

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video