• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] FERGUSON : LES ANONYMOUS DÉJOUENT LES PROJETS DU KU KLUX KLAN

[SOCIÉTÉ] FERGUSON : LES ANONYMOUS DÉJOUENT LES PROJETS DU KU KLUX KLAN

Face aux menaces proférées par le Ku Klux Klan d’utiliser « la force létale » contre les manifestants de Ferguson (Missouri), les Anonymous ont piraté plusieurs sites de l’organisation suprématiste blanche et diffusé l’identité de plusieurs de ses membres sur Internet.

« Let’s the cyber war begin ». Le message est clair : les Anonymous partent en guerre contre le Ku Klux Klan (KKK), ce groupe radical américain prônant la suprématie de la race blanche. Après avoir piraté le compte officiel du Ku Klux Klan sur Twitter et plusieurs sites affiliés à l’organisation, les membres d’Anonymous diffusent, depuis dimanche 16 novembre, l’identité et les coordonnées des membres du Ku Klux Klan résidant dans les alentours de la ville de Ferguson aux Etats-Unis. Baptisée « Operation KKK », cette opération des hackers s’inscrit dans la lignée de l’‪#‎OpFerguson‬ menée par les Anonymous depuis la mort de Michael Brown, un jeune Afro-Américain de 18 ans abattu le 9 août dernier par un policier, Darren Wilson, dans la ville de Ferguson. Des émeutes raciales avaient alors embrasé la ville.

Provocations

Sous les hashtags ‪#‎OpKKK‬ et ‪#‎HoodsOff‬ (« capuches enlevées »), les membres du collectif Anonymous ont multiplié, pendant deux jours, les attaques par déni de service (DDoS, distributed denial of service attack) – qui consistent à inonder un réseau afin de le rendre inaccessible – et ont mis hors service plusieurs sites, parmi lesquels celui des Traditionalist American Knights of the Ku Klux Klan (« Les chevaliers américains traditionnalistes du Ku Klux Klan »). Quelques jours plus tôt, le 13 novembre, les membres de cette branche locale du Ku Klux Klan dans le Missouri avaient distribué des tracts menaçant les « terroristes masqués en  » manifestants pacifistes  » » d’utiliser « la force létale » pour se défendre, en vertu d’une loi du Missouri.

Une menace qui a marqué le point de départ d’une cyber-bataille entre les hackers et les membres du Ku Klux Klan sur Twitter. Pendant plusieurs jours, les deux camps se sont livrés à des échanges houleux, les membres du Ku Klux Klan multipliant les provocations à l’encontre des Anonymous. Dans une vidéo postée sur Youtube le 16 novembre, supprimée depuis, les hackers expliquent : « Nous ne vous attaquons pas pour ce en quoi vous croyez, étant donné que nous combattons pour la liberté d’expression. Nous vous attaquons à cause de vos menaces d’utiliser la force létale contre les manifestants. » A peine deux heures plus tard, les Anonymous avait pris le contrôle du compte Ku Klux Klan.

Les membres du Ku Klux Klan traqués

Alors que la tension monte dans les rues de Ferguson – le grand jury doit annoncer dans les jours à venir si le policier qui a tué Michael Brown sera jugé ou non – les affrontements entre les Anonymous et le KKK sur Internet s’intensifient. Depuis dimanche, les hackers passent au peigne fin les informations récupérées grâce à leurs cyber-attaques et dévoilent au compte-gouttes les photos des différents membres du Ku Klux Klan dans le Missouri. Dans un message, publié lundi 17 novembre et relayé sur Youtube, les Anonymous expliquent s’assurer du fait que chaque personne ait un lien avec le Ku Klux Klan pour éviter relayer l’identité d’un « innocent ».

En réponse, les Klansmen (« hommes du Klan ») redoublent de provocations et s’affichent à visage découvert sur Twitter en postant des photos d’eux, armes à la main, frappés de la phrase « I am Darren Wilson ». Mardi, Franck Ancona, identifié par les Anonymous comme l’un des principaux membres du KKK local, a menacé de tirer sur n’importe quelle personne portant un masque de Guy Fawkes, emblème des Anonymous. Craignant une flambée de violences à l’annonce du verdict du grand jury, le gouverneur du Missouri Jay Nixon a d’ores et déjà décrété un couvre-feu dans le ville de Ferguson. Mais sur Internet, les Anonymous l’affirment, ce n’est que le début.

 

Source : RFI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video