• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] ÉTATS-UNIS : JOHN PERKINS, UN ANCIEN ASSASSIN ÉCONOMIQUE TÉMOIGNE

[SOCIÉTÉ] ÉTATS-UNIS : JOHN PERKINS, UN ANCIEN ASSASSIN ÉCONOMIQUE TÉMOIGNE

John Perkins, un ancien assassin économique travaillant pour le compte des États-Unis, livre son témoignage sur les dessous de son premier métier. Comment la « première puissance mondiale » s’y prend pour piller les pays africains et les autres pays dits sous-développés ou en voie de développement ?

Extraits de la vidéo ci-dessous :

«Nous assassins économiques, identifions un pays détenant des ressources comme le pétrole. Alors nous arrangeons un énorme prêt auprès de la banque mondiale ou de ses organisations sœurs pour ce pays. Mais l’argent ne va jamais réellement au pays. À la place il est utilisé par nos grosses corporations pour construire de grosses infrastructures dans ce pays. Centrale énergétique, parc industriel, aéroports, des choses qui profitent à quelques personnes riches de ce pays en plus de nos grosses corporations. Surement pas à la majorité des gens. Dans tous les cas les gens dans l’ensemble du pays conservent des dettes énormes. C’est tellement une énorme dette qu’ils ne peuvent payer. Et cela fait partie du plan. Donc nous assassins économiques, à un moment, revenons auprès d’eux et disons : écoutez, vous nous devez énormément d’argent. Vous ne pouvez pas payer votre dette. Alors vendez-nous votre pétrole à bon marché pour nos compagnies pétrolières. Permettez-nous de construire une base militaire dans votre pays ou envoyez des troupes pour supporter nos soldats à un endroit du monde comme l’Irak. Où votez avec nous dans le prochain vote aux nations unies, pour que leur compagnie d’électricité devienne privatisée où leur eau, ou leur système de canalisation soit privatisé ou vendus aux sociétés états-uniennes ou autres multinationales. Donc il y a une multitude de choses et de manières typiques dont le FMI et la banque Mondiale travaillent. Ils mettent un pays en dette, et cette dette est si grosse qu’elle ne peut être remboursée. Après quoi elle offre de financer à nouveau cette dette et se faire payer plus d’intérêt. Et vous vous demandez ce quiproquo que vous appelez conditionnalité : ces termes du FMI désignant certaines exigences ou bonne administration. Ce qui signifie qu’ils doivent vendre leur ressources, incluant plusieurs de leurs services sociaux, leur sociétés de maintenance, leur système scolaire, parfois leur système pénal, leur système d’assurance à des sociétés étrangères. »

«Cette opération de manipulation de la corporatocratie au moyen des dettes, corruption, renversement politiques est appelé LA MONDIALISATION… l’arnaque de base est simple. Mettez un pays en dette. Vous divisez le pays en querelles ou en corrompant le chef de ce pays qui impose des conditionnalités ou une politique d’ajustements structurels souvent constituée de ceci :
-La dévaluation monétaire : Lorsque la valeur d’une monnaie chute il en est de même pour tout ce qui est évaluée par elle : ce qui rend les ressources locales disponibles pour les prédateurs à une fraction de leur valeur. De larges coupes dans les programmes sociaux, incluant en général l’éducation et la santé, compromettant le bien-être et l’intégrité d’une société et laissant le publique vulnérable à une exploitation.
-la privatisation des entreprises publiques : ça signifie que les systèmes socialement importants peuvent être achetés par des corporations étrangères pour le profit. Par exemple en 1999 la banque mondiale insista pour que le gouvernement bolivien vende le système public d’approvisionnement en eau de sa troisième ville la plus grande à une subdivision de la société états-unienne appelée BECHTEL. Dès que ça s’est produit, la facture d’eau des résidents locaux déjà appauvris grimpa en flèche. Il a fallu attendre une véritable révolte du peuple pour que le contrat de BECHTEL soit annulé.
-Ensuite il y a la libération des échanges ou l’ouverture de l’économie en retirant toutes les restrictions sur les échanges extérieurs. Ce qui permet un certain nombre de réalisations économiques abusives telles que l’importation massive par les sociétés transnationales disloquant la production indigène et ruinant l’économie locale. »

Pour regarder la vidéo :

Pour plus d’informations, le livre de John Perkins, « Les confessions d’un ancien assassin financier » est disponible sur le site amazon.fr ou à la Fnac.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook