• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] DE PLUS EN PLUS D’AFRO-AMÉRICAINS SE PROCURENT DES ARMES LÉGALES POUR LEUR AUTO-DÉFENSE

[SOCIÉTÉ] DE PLUS EN PLUS D’AFRO-AMÉRICAINS SE PROCURENT DES ARMES LÉGALES POUR LEUR AUTO-DÉFENSE

 

Dans la foulée du massacre de Charleston, en Caroline du Sud, survenu dans l’historique église noire baptiste Emmanuel, de nombreux afro-américains en sont venu au constat qu’ils ne pouvaient pas compter sur la police pour les protéger.

Le président Obama a essayé de faire de l’acte de terrorisme perpétré par un jeune blanc du nom de Dylann Roof, un moyen de «contrôler les armes». Mais de plus en plus, les médias noire en prennent bonne note et le décrient.

‘The Atlanta Black Star’ a publié un article intitulé « Obama trouve dans le massacre de Charleston un moyen de contrôler le port d’armes au lieu de lutter contre le terrorisme qui sévit à l’encontre de la communauté afro-américaine. »

Le journal souligne que le président semble être totalement déconnecté de la réalité.

Les afro-américains sont désormais en possession d’armes et soutiennent le port d’armes à feu pour l’auto-défense qui a atteint un niveau record.

Une église afro-américaine à Minneapolis a même indiqué que ses membres allaient agir pour leur sécurité en ayant leurs propres milices et porter des armes en raison de menaces antécédentes proférées envers la congrégation. Les membres de cette église affirment q’ils ne peuvent pas compter sur la police pour les protéger des incidents comme ce qui est arrivé à Charleston.

La ‘NPR’¹ rapporte une anecdote intéressante qui illustre ce changement..

Le chef de la police de Détroit, James Craig raconte que, lorsqu’il était jeune, dans les années 70, les gens respectueux des lois ne rêvaient pas de porter des armes. Il a ensuite quitté la ville pour poursuivre une carrière dans la police puis, quelques années après son départ, le Michigan a légalisé le port d’armes, ce qui a rendu plus facile l’obtention de permis d’armes dissimulées.

Detroit-Chief

Lorsqu’il est devenu chef de la police de Detroit en 2013, il a trouvé une toute nouvelle réalité.

« On se serait cru au Texas, tellement le nombre de gens possédant des armes a augmenté », indique-il.« Mais en fait, nous étions bien à Detroit dans le Michigan ! »

Les chefs de police n’aiment généralement pas l’idée que des citoyens puissent détenir des armes dissimulées pour l’auto-défense, mais selon Craig, il faut être réaliste concernant le contexte actuel de cette ville.

C’est un fait ! Même le chef de la police de Detroit a changé son fusil d’épaule pour ce qui est du port d’arme.

« C’est bien connu ici à Detroit », ajoute-t-il. « Les gens n’espèrent même plus voir apparaître la police lorsqu’ils composent le 911. En fait, nous savons qu’ils ne nous font plus confiance. »

Selon le ‘Pew Research Center’, 54% des Afro-Américains voient désormais la port d’armes à feu comme une providence.

Lorsqu’on interroge ces personnes, elles expliquent qu’elles possèdent ces armes dans le but de se protéger et non pour agresser ou tuer.

À noter qu’il y a encore deux ans, seulement 29% des afro-américains possédaient des armes.

Cependant, bon nombres, dans la communauté, perçoivent ces meurtres successifs d’afro-américains comme un génocide larvé. Les noirs se sentent traqués et considèrent donc le port d’armes comme étant est le seul moyen de défendre.

En outre, au vu du nombre considérable de bavures policières commises envers des noirs non armés et innocents pour la plupart, la majorité des afro-américains ne se sent pas en sécurité en présence de la police et ne voit cette dernière comme une protection.

Au sein de l’église noire de la ville de Houston, « Greater St. Matthew Baptist », le pasteur David Bullock note qu’il y a dorénavant des bancs réservés aux fidèles armés.

« Le président de mon conseil des diacres, porte lui même une arme », précise-t-il. « Et puis, sur le côté ouest, il y a une femme d’âge moyen qui en porte aussi. »

Le pasteur raconte que la première fois qu’elle lui a parlé, c’était pour lui dire qu’elle avait l’intention d’en porter à l’église.

« Elle est venue dans mon bureau, a fermé la porte puis a rabattu le pan de son manteau pour me montrer une arme à feu », décrit-il. « Elle a dit : « Est-ce correct ? »Je lui ai répondue : « Oui, il est très bien. »

« By Any Means Necessary² », disait le grand Malcolm X ? Il n’imaginait sans doute pas à quel point cette réalité lui survivrait plus de 50 ans après sa mort…

NegroNews

¹ NPR, anciennement National Public Radio, est le principal réseau de radiodiffusion non commercial et de service public des États-Unis. NPR est une organisation de droit privé, à but non lucratif, qui fédère des stations de radio locale

² « By Any Means Necessary » signifie : « Par tous les moyens nécessaires », expression utilisée par l’intellectuel français Jean-Paul Sartre dans sa pièce « Les Mains sales ». Cette locution est entrée dans la culture populaire droits civils à travers un discours prononcé par Malcolm X lors d’un rassemblement fondateur de l’Organisation de l’unité afro-américaine le 28 Juin, 1964. Ces propos sous-entendent qu’il faut parfois envisager toutes les tactiques disponibles pour les fins désirées, y compris la violence.

Lire aussi : http://negronews.fr/2015/03/20/actualite-le-new-black-panther-party-souhaite-armer-lensemble-des-noirs-aux-etats-unis/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video