• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] AFRIQUE DU SUD : ARRÊTER DE SE TAIRE FACE AU VIOL

[SOCIÉTÉ] AFRIQUE DU SUD : ARRÊTER DE SE TAIRE FACE AU VIOL

En effet, d’après un rapport de 2012 de l’Institut d’étude de sécurité (ISS), « la prévalence du viol, et plus particulièrement du viol en réunion… est inhabituellement élevée ». Mais la police locale maintient que les derniers chiffres de la criminalité ont baissé.

Ce comportement sur la défensive de la police sud-africaine n’empêche pas les chercheurs d’effectuer des études sur la criminalité, la violence et les viols en Afrique du Sud.

Selon la responsable du centre d’information sur le crime et la justice de l’ISS, les raisons de cette violence sont multiples et complexes.

Il en va de soi qu’avec des enfants qui grandissent au sein de violences dans les rues, la violence elle-même se normalise au sein de la société sud-africaine.

Par ailleurs du fait du taux de chômage élevé, de l’inégalité homme/femme ou encore de la pauvreté, la violence n’a cessé d´^Etre omniprésente. Ces facteurs ont contribué a ce que la violence s’ancre dans la société.

Malheureusement, du fait du silence d’un grand nombre de femmes violées ou violentées, les statistiques sur ces thèmes sont fossés. De plus, en raison de ce silence, les unités spécialisées dans la protection de l’enfance, de la femme, les violences sexuelles ont été fermées en 2006… Ce qui n’a certainement pas aidé sur la fréquence des violences.

Ce n’est seulement depuis 2011 que ces unités sont de retour et qu’elles « commencent à enregistrer de bons résultats. »

« le ministre de la Justice Jeff Radebe a récemment annoncé que des tribunaux spécialisés dans les infractions sexuelles allaient être réintroduits afin de rattraper les retards accumulés dans le traitement des dossiers d’infractions sexuelles »

En effet, au niveau de la justice, le viol reste un sujet sensible car il y a encore beaucoup de stigmatisation liée au signalement d’un viol.

Pour que le signalement de ces actes de viol soit plus fréquent, il faut que les femmes et les autres membres vulnérables de la société aient confiance dans le système judiciaire.

« Mais au bout du compte, les membres des forces de police sont issus de la même société, donc on ne peut pas vraiment les former à la sensibilité au genre. Les auteurs de ces crimes peuvent être des policiers, donc les victimes n’ont pas vraiment confiance. ».

Il faut dire que au cours de l’année 2012, au moins 12 membres desSAPS ont été arrêtés pour viol.

Source : Afriquinfos
http://www.afriquinfos.com/articles/2013/11/5/afrique-arreter-taire-face-viol-235390.asp

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook