SHELL, COMPLICE DE PENDAISONS AU NIGERIA ?

Il est fréquent d’entendre dire des Africains, qu’ils aiment jouer les victimes. Cela même quand l’histoire montre clairement qu’ils ont été manipulés et exploités pour servir les intérêts des occidentaux. Est-ce d’ailleurs nécessaires d’en parler au passé, puisqu’à ce jour la donne n’a pas changé et l’exploitation d’hier se poursuit aujourd’hui. Mais si nombreux ont accepté le fait de la domination sans broncher, il est inconcevable pour ces quatre veuves nigérianes que le meurtre des leurs reste impuni même si pour cela, elles doivent affronter un géant de l’économie.

Nous sommes en 1995, au Nigeria, dans l’État d’Ogoni, une importante région pétrolifère. Les populations, rassemblées au sein du Mosop, le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni, ne souhaitent pas voir débarquer sur leur terre des compagnies étrangères qui viendraient exploiter leur richesse minière. Et pourtant, le groupe Shell n’hésitera pas à installer ses quartiers dans le delta du Niger, entraînant des revendications de la part des populations.

Car bien vite, le Mosop dénonce la dégradation de l’environnement liée à cette exploitation d’une part. D’autre part, l’organisation se sent très lésée et réclame une répartition juste des ressources générées par le pétrole dans leur région. Mais aux cris des populations, le général Sani Abacha reste sourd. Pire, il préfère étouffer ces revendications, en faisant arrêté neuf leaders du Mosop, qui seront, par la suite, violemment traités avant d’être pendus.

Vingt-deux ans après, quatre veuves de ces hommes, disent détenir des preuves démontrant l’implication du groupe Shell dans l’arrestation et les violences subies par « les neuf Ogonis ». Shell a toujours nié cette implication présumée. « Il n’y a pas eu de collusion entre Shell et les autorités pour étouffer la contestation exprimée par ces communautés locales », insiste la compagnie dans un communiqué, peut-on lire sur le site de RFI.

Espérons que ses documents soient assez explicites pour que la culpabilité du groupe soit démontrée, et qu’elles aient justice après tout ce temps.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook