• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • SHEILA JACKON LEE : « JE M’AGENOUILLE POUR DIRE NON AU RACISME DE TRUMP »

SHEILA JACKON LEE : « JE M’AGENOUILLE POUR DIRE NON AU RACISME DE TRUMP »

Vendredi, lors d’un meeting, le président américain s’en est violemment pris à ce sport, en attaquant l’attitude d’un ancien joueur des San Francisco 49ers, Colin Kaepernick, qui avait mis un genou à terre lors de l’hymne américain en 2016, pour protester contre les meurtres de Noirs abattus par des policiers blancs. « Est-ce que vous n’aimeriez pas voir un de ces propriétaires (d’équipe) de NFL dire, quand quelqu’un manque de respect à notre drapeau, ‘sortez-moi ce fils de pute du terrain, il est viré, viré!' », s’est énervé Donald Trump.

Des propos très virulents, qui ont entraîné une vague de protestation sur les terrains. Tout le week-end, de nombreux joueurs d’équipes phares du championnat de football américain ont ainsi posé un genou au sol pendant l’hymne, en affront au président.

Cet affront a quitté les terrains de football pour le parlement américain. Une élue à la Chambre des représentants américaine s’est agenouillée au cœur de l’hémicycle, lundi, en signe de solidarité avec les joueurs de la NFL, pris pour cible par Donald Trump.

A la manière des joueurs de la Ligue Nationale de Football (NFL) américaine, la représentante démocrate du Texas Sheila Jackson Lee s’est agenouillée à la tribune de la Chambre des représentants, lundi soir, aux États-Unis.
Tout d’abord, la « Nous appelons simplement à la dignité et au respect qui consiste à ne pas appeler quelqu’un ‘fils de pute », a fait valoir l’élue démocrate Noire du Texas.

« C’est du racisme et vous ne pouvez pas le nier. Il n’y a aucune base dans le Premier amendement qui dit qu’on ne peut pas s’agenouiller lors de l’hymne national. Il n’y a aucune réglementation qui stipule que ces jeunes hommes ne peuvent pas se dresser contre le déshonneur subi par leur mère. (…) Et je m’agenouille pour leur rendre hommage », a poursuivi Sheila Jackson Lee, avant de poser son genou à terre derrière son pupitre.

Les insultes proférées par Donald Trump à l’égard de Collin kaepernick, ont eu un effet boule de neige dans le milieu du sport, atteignant le basket et le baseball. Au-delà des frontières sportives, le chanteur Stevie Wonder a lui aussi posé un genou à terre durant un concert samedi soir à New York. Signe que le geste pourrait devenir un symbole anti-Trump.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook