• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Sénégal : Dakar, nouvelle plaque tournante du trafic de drogue en Afrique ?

Sénégal : Dakar, nouvelle plaque tournante du trafic de drogue en Afrique ?

La capitale sénégalaise déjà connue pour ses atouts touristiques, est en train de se faire une tout autre réputation. Dakar est en passe de devenir le nouveau paradis des blanchisseurs d’argent et des narcotrafiquants. Les saisies de drogue se sont multipliées dans le port de la ville depuis le mois de juin. L’ampleur du trafic est à un tel niveau que les médias et les autorités s’inquiètent de l’impact que l’argent issu de ce trafic peut avoir sur l’économie du pays.

Les médias locaux tentent de trouver une explication à ce phénomène. On peut d’ailleurs lire sur le site Dakaractu : « Quand l’ancienne route des caraïbes a été fermée, les narcotrafiquants ont fait de notre espace un point de transit. Il est évident que le trafic de drogue interfère directement avec l’activité économique de notre pays ». Même si les efforts des autorités sont visibles notamment par les différentes saisies au cours des derniers mois, il y a cependant des quantités considérables de stupéfiants qui arrivent à traverser les frontières sénégalaises par le biais des petites embarcations dont le nombre est très important dans le pays.

En juillet, les douanes sénégalaises ont saisi environ 800 kg de stupéfiant (cocaïne) venus du Brésil et en partance pour Luanda en Angola. La drogue a été trouvée dans des véhicules neufs qui se trouvaient dans un bateau. Cette saisie était la deuxième dans la même semaine au cours de laquelle plus d’une tonne de drogue avait été découvert. Une quantité dont la valeur n’a pas été précisée. Cependant, des individus ont été mis aux arrêts au cours d’une enquête ouverte à cet effet.

Dans son rapport 2018, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) note que le Sénégal, comme tous les pays d’Afrique de l’Ouest situé sur la route du trafic international, est touché par tous les types de stupéfiants. Selon le représentant régional de l’Office, l’Afrique de l’Ouest est non seulement une zone de transit, mais aussi une zone de production et de consommation. L’ONUDC appelle les autorités sénégalaises à entretenir la transparence sur les données dont elles disposent au risque de voir s’amplifier le phénomène. Dakar de son côté refuse d’être qualifiée comme une plaque tournante de trafic de drogue.

Harris DJIRO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook