LE SÉNÉGAL A BÊTEMENT PERDU LEROY SANÉ

 
Dès l’entame de cette semaine, nous avons pu lire dans certains journaux, l’information selon laquelle le footballeur international Leroy Sané aurait refusé de jouer pour le Sénégal, le pays de son père, au profit de l’Allemagne, sa nation maternelle.
 
Avec donc des titres comme « Leroy Sané doit-il regretter d’avoir dit « NON » au Sénégal ? », ou encore, « Comme Bouna Sarr, Leroy Sané ne jouera pas la Coupe du Monde », il est donc claire que les fanatiques du foot africains qui auraient tant voulu voir le germano-sénégalais, porter le maillot des lions de la Téranga, ne le verront plus du même œil.
 
Mais contrairement à Bouna Sarr, qui n’avait donné la moindre chance à son pays d’origine, en se revendiquant plus français que sénégalais, « Je suis Français, je suis né ici. J’ai une attirance pour les Bleus. », le cas de Sané serait bien différent de celui de l’homme qui a réellement dit « Non » au Sénégal et qui s’est en suite vu ignorer par cette France dont il est si tant fier d’en être un de ses dignes fils.
 
C’est Souleymane Sané, le père de Leroy lui-même qui a voulu mettre les choses au claire, et selon lui, son fils n’aurait jamais refusé de jouer pour le Sénégal, puisque les autorités de ce pays ne se seraient auparavant jamais intéressées par l’ailier de Manchester City.
 
 À en croire donc, Souleymane Sané, lui aussi ancien international Sénégalais, le pays de Macky Sall, ne doit s’en prendre qu’à lui-même si son fils, Leroy Sané, ne joue pas pour les Lions. «Les dirigeants sénégalais savaient très bien que j’ai des enfants qui jouent au football, avance l’ancien capitaine de la sélection. Mon fils et moi n’avons jamais été contactés ni par la Fédération ni par un sélectionneur. Contrairement à l’Allemagne et à la France, le Sénégal n’a jamais montré son intérêt pour mon fils.» a déclaré le retraité du cuir rond.
 
Tout prouve donc que si le Sénégal avait pris contact avec Leroy Sané, son père aurait tenté de peser de son poids pour pousser son fils vers la Tanière. Il jure : «J’allais organiser une rencontre, poser le débat et plaider notre cause.». Puisque lorsqu’il était dans la même situation que son fils, et que les responsables du football sénégalais cherchaient à l’enrôler, son père avait joué au facilitateur. «Le président de la Fédération sénégalaise de football, feu Oumar Seck, et le sélectionneur, Claude Leroy, sont venus me voir en Allemagne pour discuter. Sur la demande de mon père, j’ai donné mon accord. Pourtant, j’aurais pu jouer pour la France parce qu’une semaine avant, j’ai été contacté par Michel Platini, qui m’avait même invité. Les moyens que cette fédération a, les autres ne les avaient pas.»
 
Bref,qui dit Sarr ne dit pas forcément Sané !!!
 
VINCINQ ZEROWIT

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook