SCANDALE : ELLE TUE SES ENFANTS POUR SON GARS

Qui pourrait croire qu’une mère peut s’en prendre à ses enfants pour une affaire de déception amoureuse? Mais c’est arrivé en Afrique du sud; une folle histoire d’amour, de déception et de meurtre est parue aujourd’hui dans « Pretoria News ».
Une mère a avoué avoir empoisonné ses deux enfants – des fils âgés de 10 mois et trois ans – en raison de problèmes financiers et d’amour.

Thobile Mbatha, 29 ans, une ancienne policière de Tsakane près de Springs en Afrique du Sud, a plaidé coupable devant la Haute Cour de Gauteng, Pretoria, de l’assassinat de Mapempeni Madoda, âgé de 10 mois, qui est décédé plus tard à l’hôpital. Son fils de trois ans, Siyamthanda Junior Mbatha, a survécu à l’épreuve. Dans son cas, elle a plaidé coupable à une tentative de meurtre.

Mais elle a nié que l’incident ait été planifié et que l’État ait refusé d’accepter sa demande. Un plaidoyer de non-culpabilité a été noté en son nom.

La défense prétend maintenant aussi qu’il était possible que le garçon de 10 mois ait survécu à l’empoisonnement si le personnel d’une clinique avait agi plus tôt pour aider l’enfant. On prétend que la mère a été forcée de conduire avec sa propre voiture dans un hôpital voisin avec son enfant en plein coma.

Mais une infirmière et un médecin de la clinique ont nié cela et ont dit que Mbatha a simplement pris l’enfant de la salle d’examen et a quitté la clinique. Ils ont dit qu’ils étaient dans un état de choc par son comportement, car ils prévoyaient d’organiser une ambulance pour transporter l’enfant à l’hôpital, quand elle l’a simplement pris.

Un médecin et une infirmière ont témoigné jeudi qu’ils auraient également alerté l’hôpital au sujet de l’arrivée de l’enfant. Ils ont également insisté sur le fait que la mère de 29 ans ne leur a jamais dit que l’enfant avait consommé du poison.

Les témoins ont dit qu’ils ont été informés par un membre de la famille frénétique et presque hystérique que l’enfant était tombé du lit. Nomonde Sikhulu a déclaré au tribunal que sa tante, l’accusée, lui avait simplement dit que l’enfant était tombée du lit.

Il a été déclaré cette semaine au nom de la défense que la mère avait un problème d’infestation de rats chez elle et qu’il était possible que les enfants aient pu s’emparer du poison.

Mais la mère, dans une longue déclaration écrite, a expliqué comment son mari l’avait trompée et l’avait laissée dans la détresse financière.

« Face à ces circonstances, j’ai trouvé qu’il y avait peu ou pas de raison de vivre. J’ai décidé d’avaler du poison de rat pour mettre fin à ma vie. Alors j’ai pensé qu’il n’y aurait personne pour s’occuper de mes enfants. J’ai décidé de les empoisonner aussi. J’ai pris deux contenants de yogourt dans le frigo et je l’ai mélangé avec du poison à rat.

Mbata a dit qu’elle a plus tard regretté ses actions et a emmené les enfants à une clinique. Le garçon de 10 mois est décédé plus tard ce jour-là, alors que le garçon de trois ans a survécu à l’épreuve.

Elle a donné une longue explication sur la façon dont elle a rencontré le père de ses enfants. Elle a dit qu’ils s’aimaient tendrement et juraient d’être toujours fidèles.

C’était jusqu’à ce qu’une femme l’appelle en 2012, un an après avoir rencontré son mari, qui est aussi policier, pour lui dire qu’elle était enceinte de son enfant. Mbata a dit qu’elle était dévastée, mais elle a pardonné à son mari quand il lui a dit qu’ils avaient rompu.

Elle a dit quand elle était enceinte de son premier-né, le mari voulait qu’elle avorte l’enfant, mais sa mère était contre. « Ma mère a dit que même s’il ne voulait pas l’enfant, il serait toujours aimé. C’est pourquoi nous l’avons appelé Siyamthanda, ce qui signifie que nous l’aimons.  »

Mbatha a déclaré qu’après la naissance de ses enfants, sa relation avec son mari s’est aggravée, car il ne dormait souvent pas à la maison.

Il a également démissionné de la police et a été au chômage pendant un an. Mbatha a dit qu’elle devait le soutenir pendant ce temps et elle a eu beaucoup de dettes.

Plus tard, il a rejoint à nouveau la police, mais elle a dit ensuite qu’il a refusé de la soutenir financièrement.

La goutte d’eau était quand elle a découvert un reçu dans la poche de son pantalon qui a montré que lui et son ancien amant louaient une propriété ensemble. « Je suis resté blessé et sans défense. Mon mari n’a jamais trouvé une maison pour nous. Nous avons dû rester dans une pièce dans les locaux de l’un des membres de sa famille.  »

Mbatha a dit qu’elle ne pouvait pas demander de l’aide à sa mère, car sa mère était handicapée et sans emploi.

Elle a nié avoir acheté le poison de rat, en particulier pour tuer ses enfants, et a dit que c’était dans la maison car ils avaient un problème de rat.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook