• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • LES SANCTIONS ÉCONOMIQUES DE L’OCCIDENT SONT-ELLES LÉGITIMES?

LES SANCTIONS ÉCONOMIQUES DE L’OCCIDENT SONT-ELLES LÉGITIMES?

Les sanctions économiques ont un impact important sur les États africains

Le président Zimbabwéen Mnangagwa a appelé à plusieurs reprises à la levée des sanctions occidentales contre le Zimbabwe

Les sanctions économiques zimbabwéennes sont comme le retrait des relations commerciales et financières coutumières à des fins de politique étrangère et de sécurité.

Les sanctions prennent diverses formes, notamment les interdictions de voyager, le gel des avoirs, les embargos sur les armes, les restrictions en matière de capital, les réductions de l’aide étrangère et les restrictions commerciales.

Les sanctions économiques dans la plupart des cas en Afrique sont imposées aux Etats qui refusent d’exécuter les commandes des Etats d’Europe occidentale.

Nous rappelons qu’en 1986, le Japon et les États-Unis ont imposé des sanctions économiques à l’Afrique du Sud.

C’était une démarche stratégique pour forcer le régime de l’apartheid à se mettre à genoux au moyen de sanctions économiques.

Le continent africain, plus que tout autre continent sur la planète, a été la cible de sanctions économiques de la part de l’Assemblée générale des Nations Unies, de l’Union européenne et des États-Unis.

Les sanctions imposées aux États africains sont considérées comme un moyen de résoudre les conflits et, par conséquent, ces dernières années ont été des guerres civiles écrasantes.

Le niveau de « dépendance » des Etats africains est l’un des facteurs qui a conduit le continent à ce qu’il est aujourd’hui. Mais aujourd’hui les voix se lèvent et ça bouge de plus en plus.

Pour la plupart des Africains, ce sujet est assez personnel.

Bien que ces sanctions visent la paix et la sécurité internationales, elles visent souvent des individus pour de prétendues violations flagrantes des droits de l’homme et, dans certains cas, pour des usurpations anticonstitutionnelles, reconnaissant que ces facteurs affectent directement l’intensité et la durée des conflits.

Selon l’ancien ambassadeur des Etats-Unis en Afrique du Sud, Princeton Lyman, « ces restrictions ciblées ont aussi largement remplacé l’utilisation de sanctions économiques généralisées qui ont eu un impact négatif sur les populations des pays touchés.

« Les deux types de sanctions ont néanmoins été utilisés en Afrique et méritent d’être évalués quant à leur efficacité ».

Les sanctions économiques sont des outils, pas des politiques.

Dans certains cas, ils n’atteignent même pas leurs objectifs.

Lorsque les sanctions sont soutenues par les communautés internationales, elles fonctionnent mieux et atteignent leurs objectifs.

Les sanctions ont mieux fonctionné lorsqu’elles visaient des résultats spécifiques – comme un accord de paix ou «mettre un terme au soutien d’un pays à la guerre dans un pays voisin comme au soutien du Rwanda aux rebelles en République démocratique du Congo (RDC)».

Si les objectifs des sanctions économiques sont de faire pression sur les régimes dictatoriaux pour qu’ils abandonnent le pouvoir, ils ont le moindre effet.

Par conséquent, ce n’est que par la combinaison de l’engagement et de la pression démocratique nationale organisée et efficace que les sanctions peuvent contribuer à la transition vers la démocratie.

Toutefois, en Angola, en Sierra Leone, au Libéria et en Côte d’Ivoire, les restrictions sur le commerce des diamants et d’autres produits de base ont affaibli les forces rebelles ou antidémocratiques et facilité leur défaite ou leur acceptation de la paix.

« Mais sans actions de soutien, les sanctions à elles seules n’auraient pas été suffisantes. »

Au Soudan du Sud, les sanctions n’ont pas produit la profondeur des transitions politiques nécessaires.

Les conflits au Soudan du Sud ne peuvent être résolus qu’une fois que le pays a atteint la transformation politique.

Les sanctions imposées au Soudan du Sud visent spécifiquement le conflit.

Les sanctions ont fortement affecté l’économie de l’un des plus récents États d’Afrique et ont isolé le régime.

Ils n’ont pas conduit le régime à entreprendre des réformes nécessaires ou fondamentales.

Des organisations comme Enough ont proposé d’imposer plus de sanctions au Soudan du Sud.

Ces sanctions ont des impacts négatifs sur les Sud-Soudanais qui ne résident pas actuellement au Soudan du Sud.

Les communautés internationales et africaines doivent avoir un engagement sérieux avec l’administration du président sud-soudanais Salva Kiir Mayardit et des éléments de l’opposition.

Un soutien à la société civile sera nécessaire pour effectuer une telle transformation.

Dans le cas du Zimbabwe, les États-Unis ont défendu leur politique en déclarant que les sanctions imposées au Zimbabwe ne visaient pas l’ensemble du pays, mais un petit groupe de personnes – croyant que ces individus zappaient les processus démocratiques au Zimbabwe.

Les preuves montreront cependant que les sanctions sont beaucoup plus larges.

Comme on le sait, lorsque les États-Unis interviennent en Afrique, ils aiment le faire au nom de la «démocratie».

L’UE a levé la plupart de ses sanctions en 2014, mais les a maintenues sur M. Mugabe et son épouse Grace.

Cependant, le nouveau président Emmerson Mnangagwa a demandé à plusieurs reprises la suppression des sanctions occidentales contre le Zimbabwe, car le pays s’est ouvert à l’engagement international et s’est tenu prêt à mener des sondages de manière crédible et pacifique plus tard cette année.

« Nous appelons à la levée inconditionnelle des sanctions politiques et économiques, qui ont paralysé notre développement national », a déclaré M. Mnangagwa au cours des derniers mois.

« Nous réalisons que l’isolement n’est pas splendide ou viable car il y a plus à gagner par la solidarité, des partenariats mutuellement bénéfiques. »

Je crois fermement que les problèmes du continent devraient être résolus par les Africains.

Par conséquent, ces sanctions minent l’autonomie de notre continent.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook