• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • SALIF KEÏTA, LA PANTHÈRE NOIRE DU FOOTBALL AFRICAIN

SALIF KEÏTA, LA PANTHÈRE NOIRE DU FOOTBALL AFRICAIN

  • Par Marie Akre
  • 11 Mois
  • SPORT

Salif Keita est un footballeur international malien né le 12 décembre 1946 à Bamako. Il a été le premier vainqueur du Ballon d’Or africain en 1970. Il est le pionnier de l’expatriation sportive en Europe.

Un incroyable talent

Joueur atypique, fantasque, imprévisible, l’attaquant malien, qui a illuminé les foyers stéphanois notamment par ses dribbles déroutants. Parfois, sans toucher le ballon, uniquement par ses feintes de corps, il déséquilibrait son adversaire direct avec une souplesse extraordinaire.

Au-delà de sa fabuleuse carrière, Salif Keita est un visionnaire. Très tôt, il a compris qu’il fallait préparer l’après-football. C’est pourquoi, il a toujours continué ses études pendant toute sa carrière pour passer d’un CAP à ses débuts à un Bachelor Degree en Management lorsqu’il raccrochait ses crampons. Une fois sa carrière terminée, contrairement à beaucoup d’autres de sa génération, il est rentré directement en Afrique et s’est lancé dans entrepreneuriat. Ce qui lui a bien réussi comme reconversion. Conscient que le football, c’est la formation des jeunes, il a ouvert le Centre Salif Keita, devenu une référence au Mali et en Afrique en matière de formation des jeunes footballeurs.

Son rêve devenu réalité

Déjà considéré comme une star dans la capitale et dans tout le pays, l’attaquant, déjà aussi complet qu’imprévisible dans le geste, tape dans l’œil de Charles Dagher. Un Libanais installé à Bamako, qui a vu le jeune buteur en action. Cela a été pour lui un crack susceptible d’apporter à son équipe de cœur la puissance et l’efficacité qui lui font parfois défaut dans la surface de vérité. Surviens alors l’une des rencontres qui va changer la vie de Salif Keita. Il informe les dirigeants stéphanois du talent de Salif Keita. Plusieurs lettres sont échangées, et le président des Verts, Roger Rocher, se laisse convaincre et invite la supposée pépite malienne à venir passer un essai. Plus tard Salif Keita atterrit dans la place-forte du football français de l’époque.

International à 17 ans

Trois années plus tôt, âgé de 17 ans à peine, il est devenu le plus précoce international de la jeune histoire de son pays. La valeur n’attend décidément pas le nombre des années. Salif n’a même pas soufflé ses vingt bougies, qu’il dispute déjà sa première finale de Ligue des Champions africaine sous les couleurs du Stade Malien en 1965. Une défaite, qui sera suivie d’une seconde, deux ans plus tard, dans les rangs de l’AS Réal de Bamako, l’un de ses clubs de jeunesse.

Ses projets pour le Mali

De retour dans son pays, Salif Keita n’a jamais oublié ses racines. L’attaquant ne va pas vivre son après-carrière en nouveau riche. Il tient parole et rentre dans son pays natal en 1985, devient directeur technique de la Fédération malienne avant de se lancer dans la détection des jeunes talents. Un premier centre de formation à son nom est ouvert en 1993. La structure deviendra par la suite un club professionnel évoluant en première division malienne et parvenant en 2010 en finale de la Coupe du Mali.

Après son élection à la présidentielle de la Fédération malienne en 2005, Salif Keita devient le premier ancien joueur à accéder ainsi au pouvoir sportif. Il restera quatre années à la tête de l’institution avant de la quitter, usé par l’inertie du pouvoir et les jeux politiciens.

Marie Yvonne Akre

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook