• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Rwanda : Psychose dans un village après une sanglante attaque rebelle

Rwanda : Psychose dans un village après une sanglante attaque rebelle

La panique s’est emparée des habitants du district de Musanze au nord du Rwanda après que des rebelles aient tué 14 personnes vendredi dernier. Les assaillants – soupçonnés d’appartenir à la milice des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) – ont attaqué des villages proches du parc national des Volcans, célèbre pour ses gorilles de montagne.

« La situation est terrible, nous avons très peur qu’ils ne reviennent tuer les échappés, nous ne dormons plus », s’est inquiété Isaac Niyonshuti, un commerçant de la région de Kabazungu.

Les forces de sécurité rwandaises affirment avoir tué 19 rebelles et arrêté 5 membres au cours d’une opération au cours du week-end. Selon des responsables, les rebelles ont mené l’attaque du 4 septembre alors qu’ils cherchaient de la nourriture. Lors de l’enterrement des victimes dimanche, un autre habitant de Kabazungu a déclaré que les assaillants avaient rassemblé des habitants du quartier avant de commencer à piller des magasins.

Elle a raconté aux personnes en deuil comment son mari avait été tué : « Ils sont revenus vers nous, en commençant par mon mari, ils l’ont frappé avec une petite houe dans la tête et aussi mes deux enfants qui étaient derrière lui. Je me suis faufilée entre les rebelles et j’ai couru dans la brousse. J’ai passé la nuit là-bas et, tôt le matin, je suis revenue à la recherche du corps de mon mari dans la cour. On m’a dit que mes deux enfants respiraient encore, mais étaient grièvement blessés et ont été emmenés à l’hôpital de Kigali ».

Les autorités locales ont dit aux habitants de ne pas s’inquiéter, car l’armée avait rétabli la paix. Après l’attaque, l’Office rwandais du développement, l’organe chargé du tourisme, a déclaré que les forces de sécurité avaient rétabli l’ordre et que les services touristiques continueraient normalement dans le parc national des Volcans.

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook