• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Le Rwanda prêt à accueillir des centaines de réfugiés bloqués en Libye

Le Rwanda prêt à accueillir des centaines de réfugiés bloqués en Libye

Des centaines de réfugiés et de demandeurs d’asile africains bloqués dans des centres de détention libyens seront évacués vers le Rwanda en vertu d’un accord « de sauvetage » conclu avec Kigali et l’Union africaine, a annoncé mardi l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

« Mécanisme de transit d’urgence »

Le premier groupe de 500 personnes, dont des enfants et des jeunes de Somalie, d’Érythrée et du Soudan, devrait arriver au Rwanda dans les prochains jours, sur les 4 700 personnes actuellement en détention en Libye, où le conflit fait rage. Cette mesure fait partie d’un « mécanisme de transit d’urgence », qui vise à évacuer les personnes exposées à un risque de préjudice dans les centres de détention à l’intérieur du comté.

Babar Baloch, porte-parole du Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) à Genève, a déclaré que l’accord était un mécanisme « vital » permettant aux personnes en danger de se rendre dans un lieu sûr. « Il s’agit d’une extension de l’évacuation humanitaire destinée à sauver des vies », a-t-il affirmé. « L’accent est mis sur ceux qui sont bloqués en Libye. Nous avons vu à quel point les conditions sont horribles et nous voulons les protéger du danger ».

Plus de 50 000 personnes fuyant la guerre et la pauvreté en Afrique subsistent en Libye, où un réseau de milices gèrent des centres de détention surpeuplés et où des personnes auraient été vendues comme esclaves ou à des fins de prostitution.

Un accord conclu « le HCR, l’Union africaine et le Rwanda »

L’ONU a démenti les informations selon lesquelles l’Union européenne serait à l’origine de l’accord, dans le cadre d’une stratégie visant à éloigner les migrants de l’Europe. Vincent Cochetel, envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale, a confié à Reuters que le financement proviendrait principalement de l’UE, mais également de l’Union africaine, qui a reçu près  de 20 millions de dollars du Qatar pour soutenir la réintégration des migrants africains. Mais il a ensuite déclaré sur Twitter qu’aucun financement n’avait encore été reçu et qu’il y travaillait « avec des partenaires ».

M. Baloch a déclaré : « Nous demandons le soutien de tous nos donateurs, y compris de l’UE. L’accord est conclu entre le HCR, l’Union africaine et le Rwanda».

L’UE a été critiquée pour avoir financé les garde-côtes libyens, qui récupèrent des migrants échappés des bateaux en Méditerranée et les renvoient dans des centres où ils sont soumis à des sévices, à des violences sexuelles et au travail forcé, selon les groupes de défense des droits.

En juillet, l’attentat à la bombe contre un centre de détention pour migrants à Tripoli a causé la mort de 44 personnes, ce qui a incité la communauté internationale à faire pression pour que les réfugiés trouvent un refuge sûr.

L’hospitalité rwandaise

En vertu de l’accord, le gouvernement rwandais accueillera et assurera la protection des réfugiés et des demandeurs d’asile par groupes d’environ 50 personnes, qui seront hébergés dans un centre de transit en dehors de la capitale Kigali. Après leur arrivée, le HCR continuera à rechercher des solutions pour eux. Certains seront réinstallés dans des pays tiers, d’autres aideront à retourner dans des pays où l’asile aurait déjà été accordé et d’autres resteront au Rwanda. Ils rentreront chez eux si leur sécurité y est garantie.

Vincent Cochetel a révélé que le Rwanda ne serait opposé ni à ce que les réfugiés restent à long terme sur son sol, ni à ce qu’ils soient relocalisés ailleurs avec leurs familles. « Nous leur donnerons l’espace, nous leur donnerons le statut, nous leur donnerons le permis de séjour. Ils résideront légalement au Rwanda en tant que réfugiés », ont fait savoir pour leur part les autorités rwandaises.

Le Rwanda, pays de 12 millions d’habitants, est le deuxième pays africain à offrir un refuge temporaire aux migrants en Libye. Il soutient déjà environ 150 000 réfugiés de la République démocratique du Congo et du Burundi voisins.

Le HCR a évacué plus de 2 900 réfugiés et demandeurs d’asile de la Libye vers le Niger par le biais d’un mécanisme de transit d’urgence existant. Près de 2000 d’entre eux ont été réinstallés dans des pays d’Europe, aux États-Unis et au Canada, a indiqué l’agence, les autres restant au Niger.

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook