ROHFF RISQUE 4 ANS DE PRISON POUR AGRESSION

Le ministère public a requis une lourde peine ce vendredi à l’encontre du rappeur français Rohff, jugé par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir violemment agressé des vendeurs de la boutique de Booba.

Le 21 avril 2014, en fin d’après-midi vers 18h, les employés du magasin Ünkut – boutique «officielle» de la marque de vêtements fondée par le rappeur Booba située dans le quartier parisien des Halles – avaient vu débarquer Rohff accompagné de plusieurs hommes. Sous l’œil de caméras de vidéosurveillance, ce dernier avait fait signe à un jeune vendeur de le suivre au fond de la boutique puis l’avait roué de coups à l’estomac, au dos, au visage, rejoint dans ce déchaînement de violence par plusieurs acolytes. Ils l’avaient alors abandonné inconscient au sol, dans un état critique. Un autre employé, qui voulait porter secours à la victime, avait pour sa part été assommé à coup de caisse enregistreuse.

Vendredi 29 septembre, on s’attendait au procès « du rap français », soldant une bataille d’ego vieille de près de dix ans. Si les faits de « violences aggravées » pour lesquels Rohff comparaissait ont pu être étayés par les caméras de vidéosurveillances installées dans la boutique, les raisons de cette expédition punitive ont échappé au tribunal correctionnel de Paris.

Lorsqu’il est appelé à la barre, le rappeur Rohff assure pourtant être tombé sur « un groupe de fans qui traînaient à Chatelet », non loin de la boutique Ünkut, la marque de streetwear de son rival. Après avoir échangé quelques mots avec eux aux sujets de « ses derniers clashes avec Booba », Rohff prend la route du magasin, en compagnie « des gremlins », le surnom qu’il donne « aux jeunes qui zonent dans le quartier ».

Dans un balai de réponses contradictoires données aux questions de la Juge, Rohff a tout d’abord dit à la cour, son intention de se rendre à la boutique dans le but de discuter avec un certain Romain avec qui il souhaite discuter « d’un partenariat vestimentaire ». Il faut préciser au passage que le Romain en question avait bien confirmé qu’un rendez-vous avait bien été pris, mais n’a pas confirmé la date du 21 avril.
A la question de la Juge de savoir si Rohff n’avait pas prévu tomber sur Booba, qui se trouvait aux Etats-Unis au moment des faits, en entrant dans sa boutique, le rappeur donne une réponse confuse «Je souhaitais demander à une connaissance commune son contact ».

Dans son réquisitoire, le procureur a réclamé une peine de quatre ans de prison, dénonçant un « lynchage » sur fond de « haine » entre rappeurs, et retenant les faits de préméditation. Le rappeur sera fixé sur son sort le 27 octobre, puisque le jugement a été mis en délibéré.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook