LE RETOUR DE LA DEPOUILLE DE MOBUTU TOUJOURS ATTENDU

Il y a 20 ans Mobutu Sese Seko, ancien président de la République du Zaïre s’éteignait en exil au Maroc. En effet, ayant installé un véritable régime dictatorial à la tête de l’État, dès mai 1997, après 32 ans de règne, il fût déchu par une rébellion avec à sa tête Laurent-Désiré Kabila.
Ce soir de mai 1997, celui qui se faisait appeler le Roi Léopard n’a d’autre choix que de prendre la poudre d’escampette, Leopoldville son sanctuaire est pris d’assaut par les populations. Mobutu trouvera pour premier refuge le Togo, avant de rejoindre le Maroc de son vieil ami Hassan II, ou il mourra des suites d’un cancer de la prostate avancé, tout juste cinq mois après sa chute.

Depuis, Mobutu Sese Seko, le tout puissant maréchal-président, Roi du Zaïre, est inhumé au cimetière européen de Rabat. Le cimetière qui lui est dédié est d’une sobriété incroyable, quand on sait le culte de la personnalité que cultivait l’homme. Là, aucune épitaphe ou photo, même pas un simple nom. On peut juste voir trois initiales -MSS- entrelacées sur la grille de fer d’un caveau familial. Familial parce-que Mobutu y est enterré avec deux de ses fils. « Au total, il y a six places », nous explique d’ailleurs Abu Fida, le gardien.

Mais voilà, dictateur ou non, qu’on l’aime ou non, Mobutu avec tout le faste qui entourait sa personnalité, à sans aucun doute été le président africain le plus désireux de réveiller un véritable sentiment d’Africanité. Né Joseph-Desiré Mobutu, à son accession à la tête du pays, l’homme décide d’impulser un certain changement de mentalité, s’indignant du fait qu’un noir zairois porte un prénom juif, chrétien… bref exogène, c’est ainsi que naît Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga. De plus il décide d’interdire les églises de réveils et autres qui sont, pour lui, l’émanation d’une forme de soumission morale à l’homme blanc, il fait renommer le pays qui devient ainsi le Zaïre et remet à l’honneur le Lingala.

Alors s’il y a bien des points, à juste titre, pour lesquels ce personnage était détesté, redouté aussi, il faut mettre les choses en relief et se dire que, tout n’est pas à jeter et au nom de ces quelques actions louables, même si incomprises, la dépouille du maréchal se doit de revenir sur la terre de ses ancêtres, lui qui était tant attaché à sa culture bantu.

En 2013, le président actuel du Zaïre, devenu RDC, s’était engagé à faire revenir la dépouille du président Mobutu. Malheureusement, si « ‎Pour les autorités congolaises, le corps du président Mobutu ne doit pas rester au Maroc. Il doit être rapatrié », comme l’a fait savoir le porte-parole du gouvernement, le retour se heurte tout de même à des querelles au sein de la famille. Sans elle, rien n’est faisable en l’état des choses.

NegroNews ‎‎

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook