RENVOYÉES APRES AVOIR FILMÉ LEUR CAMARADE BLANCHE RACISTE

A Concord en Caroline du Nord un lycée a suspendu deux étudiantes afro- américaines après avoir posté une vidéo Snapchat de leur camarade blanche qui utilisait le mot Nègre. La suspension est basée sur l’accusation qu’elles auraient créé un «environnement perturbateur» dans l’école en postant cela sur le web.

Après la tuerie dans le lycée de Parkland, de nombreux lycée ont entrepris de parler avec leurs élèves de la place des armes à feu dans la société. C’est ainsi que le débat aurait dégénéré

Les deux étudiantes qui ont rediffusé la vidéo ont l’impression d’avoir été suspendus pour avoir dénoncé le racisme de leur camarade.

Carmani Harris-Jackson, élève de seconde de 15 ans qui a filmé la scène, a déclaré:

« J’ai été la victime de la situation et vous vous êtes tous mis en colère contre moi pour l’avoir diffusé. »

Carmani s’identifie comme libérale, a eu une série de discussions sur la réforme des armes à feu avec d’autres étudiants blancs conservateurs qu’elle a posté sur sa story snapchat le le 21 février.

Au milieu des débats, une autre camarade de classe blanche a enregistré son amie, également blanche, qui a déclaré:

« Les nègres ne devraient pas avoir accès aux armes à feu »

« La fille qui à tenu ces propos racistes et moi étions amies avant que cela n’arrive. Nous avons un cours ensemble. Nous parlerions ensemble.Peut-être qu’elle a dit cela en plaisantant, mais il y a des limites avec les choses dont vous plaisantez et ce n’est pas l’une des choses avec lequel on peut plaisanter »,

a déclaré l’afro américaine qui a filmé les propos.

La vidéo republiée par elle et sa meilleure amie Trinity Smith a déjà eu plus de 10 000 vues et 200 retweets depuis qu’elle l’a posté sur son compte Twitter.

Ce n’est pas la première fois que Carmani et Trinity sont face au racisme dans leur lycée. En effet, elles ont de nombreuses fois rencontré l’inscription «KKK» griffonnée sur les murs des toilettes et entendaient souvent le mot nègre prononcée par des étudiants blancs. Ainsi avec une accumulation elles ont pensé que c’était le bon moment pour en parler.

Cependant, les responsable de l’école trouvent leur acte «perturbateur». Le lendemain, elles ont reçu une suspension de deux jours à l’école, ainsi que les deux étudiantes blanches (celle qui a filmé et celle qui a proféré les paroles).

« J’aurais compris si j’ai vraiment fait quelque chose de mal […] Mais le fait est que je n’ai pas menacé cette fille, je n’ai rien dit de désobligeant, je n’ai pas commencé à me battre avec elle. La seule chose que j’ai faite, c’était publier une vidéo et dire que j’étais dégoûté de ce qu’elle disait. Parce que c’est dégueulasse.  » a déclaré Trinity smith qui a publié la vidéo sur son twitter

Dans un communiqué, Ronnye Boone, directeur des communications pour les écoles du comté  a déclaré

« Nous cherchons à fournir un environnement d’apprentissage sûr, invitant et motivant pour tous nos élèves. Les préjugés raciaux et l’insensibilité n’ont pas leur place dans nos salles de classe ou sur nos campus. […]Nous enquêtons sur toutes les réclamations et utilisons les dispositions décrites dans la politique du conseil pour déterminer les mesures disciplinaires. »

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook