LES RÉFUGIÉS CONGOLAIS ONT 3 MOIS POUR QUITTER ISRAËL

Par un communiqué diffusé sur le site de l’autorité israélienne en charge de l’immigration, le gouvernement israélien a fait savoir que la situation au Congo permet désormais aux réfugiés congolais vivants sur le sol israélien de retourner chez eux. Par conséquent le pays retire aux réfugiés congolais la protection de groupe qu’il leur offrait. Le gouvernement a donné un délai de trois mois aux réfugiés congolais afin que ces derniers quittent le pays volontairement sous peine d’être expulsés de force.

D’après RFI, plusieurs organisations israéliennes ont largement critiqué cette décision du gouvernement israélien.
Pour la responsable du département juridique de la ligue d’assistance pour les réfugiés et les migrants, cette décision du gouvernement est de très loin opportune.

« La situation au Congo est volatile en ce moment. C’est l’un des moments les moins opportuns pour prendre une telle décision. Il y a des élections dans deux mois et nous considérons que dans un pays qui pourrait à nouveau plonger dans la guerre civile, la situation est dangereuse pour tout le monde. »

A fait savoir Tal Steiner. Selon elle, cette situation ne doit pas concerner ceux qui ont des demandes d’asile en cours d’étude.

« Selon mon analyse juridique, le gouvernement ne peut pas expulser des gens qui ont des demandes d’asile en cours. Mais malheureusement, dans l’annonce faite, nous n’avons pas vu de telle obligation. C’est extrêmement inquiétant, car c’est contraire au droit international, c’est contraire aux obligations d’Israël selon la Convention des réfugiés et c’est contraire à tout sens de justice de la part du gouvernement. »

Cette décision intervient quelques jours après que le président congolais Joseph Kabila ait désavoué l’ONU sur la situation au Congo en exigeant la fin de la MONUSCO.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook