• Accueil
  • >
  • ECONOMIE
  • >
  • LES RECOMMANDATIONS DU FMI POUR LA CROISSANCE ECONOMIQUE GHANÉENNE

LES RECOMMANDATIONS DU FMI POUR LA CROISSANCE ECONOMIQUE GHANÉENNE

‘’L’économie ghanéenne est à un meilleur endroit qu’elle ne l’était-il y’a deux ans ‘’ a déclaré la directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI) Christine LAGARDE lors de sa visite du 16 au 18 décembre 2018 au Ghana.

De 2007 à 2013, l’économie nationale a connu une très forte croissance. Les raisons de cette croissance sont multiples. D’une part, contrairement à la majorité des pays de l’Afrique de l’ouest, le Ghana n’a pas connu de période de conflit ou de tensions intercommunautaires depuis de nombreuses décennies et devient aux yeux des puissances occidentales, un lieu privilégié pour réaliser des investissements sans risque. D’autre part, la gestion de l’économie et de la politique du pays par le pouvoir est considérée comme tout à fait satisfaisante en comparaison des pays environnants, souvent meurtris par la corruption et l’instabilité politique.

‘’ J’ai félicité les autorités ghanéennes pour leurs bons résultats dans le cadre du programme soutenu par le FMI ‘’, indique Christine LAGARDE dans une déclaration publiée sur le site de l’organisation,‘’ Je les ai encouragés à poursuivre leurs efforts pour les défis restants, notamment le niveau élevé de la dette, les risques budgétaires importants des secteurs de l’énergie et des finances et les problèmes de gouvernance’’, a-t-elle ajouté.

Le Ghana a été le pays enregistrant la plus forte croissance économique de toute la planète en 2011, cela n’empêche pas l’économie ghanéenne de rester fragile comme la plupart des économies nationales d’Afrique occidentale.

Depuis 2013, en raison d’une politique fiscale trop souple, d’une devise dévaluée, de problèmes électriques récurrents et de la baisse du pétrole, le PIB a diminué de 30% revenant ainsi au niveau de 2010.

Au terme de sa visite de deux jours à Accra, LAGARDE a fait ses recommandations au pays pour ancrer la confiance des investisseurs et à améliorer la gestion des finances publiques:
‘’ Le programme soutenu par la FMI a été un point d’ancrage pour un ajustement économique ordonné et un signal positif pour le marché. Au cours de cette période, les autorités ghanéennes ont réalisé d’importants progrès en matière de stabilité macroéconomique, l’inflation étant tombée à un seul chiffre et se situant désormais dans la fourchette de la banque du Ghana’’ a-t-elle ajouté.

Indéniablement, le Ghana est sur la bonne pente même si pour l’heure, cette croissance record n’a pas d’impact direct sur la vie de ses populations. Pour justement en arriver là, les spécialistes recommandent au pays de stabiliser sa croissance et poursuivre ses réformes, notamment dans son secteur énergétique pour renforcer la confiance des investisseurs.

KHOUDIA GAYE

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook