• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • RDC : LES ENFANTS SONT EXPLOITÉS DANS DES MINES DE COBALT

RDC : LES ENFANTS SONT EXPLOITÉS DANS DES MINES DE COBALT

Il y a plus d’un an de cela, Amnesty internationale et l’Observatoire africain des ressources naturelles, Afrewatch, publiaient un rapport dans lequel ils pointaient du doigt le mode d’extraction d’un minerai, nécessaire à la fabrication des batteries de nos téléphones portables ou des voitures électriques. Et pour cause, de nombreux enfants sont exploités pour assurer cette tâche.

Notamment en République démocratique du Congo, d’où provient essentiellement le cobalt. Le cobalt est un élément chimique de numéro atomique 27, un minerai, qui n’entre pas dans la catégorie des « minerais du conflit » réglementés aux États-Unis à savoir l’or, le coltan/tantale, l’étain et le tungstène.

Selon une enquête de l’Unicef publiée en 2014, dans les mines de l’ex-katanga, dans la partie méridionale de la RDC, on compte un peu plus de 40 000 enfants « creuseurs ». Des enfants parfois âgés d’à peine 7 ans, qui travaillent dans des conditions à des années-lumière du monde idyllique affiché par les publicités de smartphones. En effet ces derniers sont exposés au risque de contracter des affections pulmonaires permanentes, ou pire, de mourir par un effondrement de mine. Ces enfants qui dorment très souvent entassés dans des dortoirs précaires, travaillent (12 heures par jour, pour un ou deux dollars) pour un salaire jugé dérisoire dans des galeries souterraines creusées avec des outils rudimentaires. Le cobalt est extrait et vendu à la Congo Dongfang Mining (CDM), filiale détenue à 100 % par le géant chinois de l’exploitation minière Zhejiang Huayou Cobalt Ltd (Huayou Cobalt).

Comme nous l’avions fait, fin décembre 2016, avec l’industrie du cacao, nous estimons qu’il n’est jamais trop tard pour tirer la sonnette d’alarme. Car dans cette guerre nous sommes bien les portes voix de ces enfants privés de leurs adolescences. Avec une soixantaine de téléphones portables vendus chaque seconde dans le monde. L’origine du controversé minerai (cobalt) reste inconnue par des multinationales tels que : Apple, Microsoft, Samsung, Daimler, Volkswagen, Mercedes et bien d’autres.

Selon l’enquête d’Amnesty International évoquée ci-dessus. Quant à l’Etat congolais d’où provient 50% de la production mondiale, l’heure est au complot.
Dans une interview donnée à nos confrères de « Jeune Afrique », Lambert Mende, ministre, porte-parole du gouvernement congolais estime que « beaucoup de concurrents ne voient pas d’un bon œil que la RDC ait recouvré sa place de premier producteur du cobalt dans le monde et cherchent par tous les moyens à dissuader les entreprises d’acheter le minerai congolais […] La RDC est donc victime d’une guerre commerciale, la majeure partie de la production du cobalt dans le sud du pays est industrielle, et non artisanale. »

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook