RDC : « AU MOINS 500 MORTS » DANS UNE ATTAQUE À YUMBI

Selon le rapport publié mardi, au moins 500 personnes ont été tuées, y compris des familles incendiées à la maison et un enfant de deux ans qui a été jeté dans une fosse septique.

« Les actes de violences commis au cours des quatre attaques documentées dans ce rapport pourraient constituer des crimes contre l’humanité si certains éléments constitutifs sont établis », écrit le bureau conjoint de l’ONU pour les droits de l’homme dans un document publié le 12 février.

Complicité des autorités locales

Les enquêteurs ont déclaré que les violences qui se sont déroulées du 16 au 18 décembre ont été « planifiées et exécutées avec le soutien des chefs coutumiers ». Des membres de la communauté de Batende ont attaqué les villages de Banunu « avec une extrême violence et rapidité, leur laissant peu de temps pour s’échapper ».

La violence ethnique a éclaté lorsqu’une communauté a voulu enterrer l’un de ses chefs traditionnels sur les terres d’une autre communauté. Des affrontements qui pourraient à nouveau éclater à tout moment.

Il ajoute que les autorités provinciales de Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, dans l’ouest du pays, « semblent avoir manqué à leur responsabilité de protéger la population ». Des corps auraient également été jetés dans le fleuve Congo.

Le nombre de victimes est probablement beaucoup plus élevé que celui de 535 dans le rapport. En janvier, les Nations Unies ont déclaré soupçonner la mort d’au moins 890 personnes. Une équipe d’enquêteurs a été envoyée dans la régions mais n’a réussi à atteindre que trois des quatre villages au cœur de l’attaque.

Des gens ont cherché refuge en traversant le fleuve Congo pour rejoindre le Congo-Brazzaville voisin. L’enquête a révélé que quelque 16 000 habitants ont été déplacés.

Viols et mutilations sexuelles

« L’équipe a aussi documenté le cas de deux femmes violées par insertion de flèches dans les parties génitales(…) plusieurs enfants en bas âge auraient été noyés dans la rivière. Dans au moins un cas, un bébé de 4 ou 5 mois aurait été violemment frappé contre une pirogue. En outre, une fille de deux ans aurait été jetée dans une fosse septique », détaille l’ONU.

« La nature systématique des mutilations sexuelles commises à l’encontre des hommes, femmes et enfants de la communauté Banunu, bien qu’opérées post mortem dans la plupart des cas, pourrait être constitutive de crimes contre l’humanité par violence sexuelle », ajoutent les enquêteurs onusiens.

Le scrutin à l’élection présidentielle du 30 décembre a été reporté au 31 mars à Yumbi en raison de la violence. Cependant, le candidat de l’opposition Felix Tshisekedi a déjà été déclaré vainqueur.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook