• Accueil
  • >
  • PEOPLE
  • >
  • Les rappeurs dénoncent les massacres au Congo

Les rappeurs dénoncent les massacres au Congo

Utiliser les réseaux sociaux pour autre chose que les clash, mais pour attirer l’attention sur une cause humanitaire, et pas des moindres ! Le sort des populations massacres au Congo dans l’indifférence générale. Cette dizaine de rappeurs l’a fait.

Depuis plusieurs décennies, la République Démocratique du Congo est en proie à une crise sociopolitique, qui a causé des millions de morts et de déplacés. Ces derniers mois, c’est l’Est du Congo, notamment la ville de Beni, qui est en première ligne de ces massacres, violences et pillages.

Les différents groupes armés font régner la terreur absolue, plusieurs témoignages effroyables de massacre à la machette ont été rapportés et indexent le groupe armé ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF). Ils attaquent les civils dans des zones inaccessibles aux forces de sécurité. En un mois (du 5 novembre au 5 décembre), l’AFP recense plus de 110 civils tués dans cette région frontalière de l’Ouganda.

Certains rappeurs d’origines congolaises à l’instar de Kalash Criminel, Bramsito, Naza ou encore plus récemment Gradur. sensibles au sort de la population et révoltés par le silence des médias ont décidé de faire de leurs réseaux sociaux une plateforme de dénonciation. En octobre dernier, L’artiste Belgo-congolais Damso a dévoilé sur les réseaux sociaux sa Fondation « Vie sur nous » pour combattre les « minerais de sang » au Congo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annabella Kemayou

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video