• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] UNE PÉTITION POUR LA FERMETURE DE LA CPI CIRCULE

[POLITIQUE] UNE PÉTITION POUR LA FERMETURE DE LA CPI CIRCULE

Mobilisons-nous pour la fermeture de la CPI dans une démarche globale et cohérente d’une refondation du système onusien.

L’association de  »Africains du Monde », dont le site est consultable sur www.africainsdumonde.com a lancé une pétition proposant la fermeture de la Cour pénale internationale (CPI) dont les agissements sont dénoncés comme méprisants à l’égard des responsables africains condamnés par avance pour leur non-alignement sur les orientations de la pensée unique et dominante des occidentaux qui commandent l’ONU, son Conseil de sécurité et sa justice injuste et partisane. La pétition : http://www.petitions24.net/petition_pour_pour_la_fermeture_de_la_cour_penale_internationale se fonde principalement sur le procès en cours de l’ex-président de la Côte d’Ivoire.

Si l’on ne devait relever qu’un élément de cette pétition, source d’espoir, c’est qu’il est rare que les citoyens africains résidant en Afrique ou de par le monde, puissent, sinon osent, s’exprimer et se mobiliser, sans supervision sourcilleuse, dénonçant arguments à l’appui, le dysfonctionnement avéré des institutions internationales, justice internationale comprise.

La question pendante, c’est que fermer la CPI ne résout pas le dysfonctionnement du système de malgouvernance dans les institutions internationales et toutes nouvelles structures préconisées ne peut être mise en place et dotée de moyens de fonctionnement qu’avec l’aval du Conseil de sécurité qui règne dans une logique et dans un contexte post seconde guerre mondiale qui n’a rien à voir avec les rapports de force d’aujourd’hui et avec les crises, les enjeux et les défis, de l’heure.

D’où cette conviction qu’il serait de la plus grande urgence de procéder à une refondation totale du système onusien sur la base d’une concertation équilibrée entre la représentation des Etats (comme c’est le cas aujourd’hui) mais également une représentation des parlements et surtout une représentation effective d’une expression crédible et opérationnelle, en des formes novatrices, des citoyens.

Les forums sociaux locaux, nationaux, continentaux et mondiaux peuvent servir de véhicules à cette expression citoyenne et responsable, d’évaluation, de suivi et de sanction des dérapages des partenaires Etats et parlements.

Exit les super pouvoirs des directoires tels les G2, G4, G7, G8, G20, l’OTAN et la multitudes de clubs où s’exerce réellement le pouvoir mondial.

Exit l’enfumage des masses dont on cherche, aux moyens de lobbys extra-puissants, à formater les esprits et les jugements pour les assujettir à des leurres présentés comme des évidences, des fatalités des vérités divines comme le partenariat public privé (PPP) qui se traduit dans les faits par l’écrasement systématique du public et du commun par le privé, plus prédateur que jamais !

Djilali Benamrane sur cameroonvoice.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video