• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] SÉNÉGAL : LE PREMIER MINISTRE CENSURÉ PAR DES DÉPUTÉS

[POLITIQUE] SÉNÉGAL : LE PREMIER MINISTRE CENSURÉ PAR DES DÉPUTÉS

L’ancien parti au pouvoir, le PDS, après avoir demandé à maintes reprises la démission de Abdoul Mbaye du gouvernement pour avoir été mêlé dans une affaire de transfèrement d’argent louche, a déposé une motion de censure sur la table du Président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse contre le Premier ministre.

Les Sénégalais vivent dans une République de « talion » ? En tout cas, au moment où certains responsables du défunt régime ne dorment pas assez à cause des audits enclenchés par l’actuel régime, la réplique du Parti démocrate sénégalais (PDS) ne se fait pas attendre, avec une motion de censure qui vise tout simplement à obtenir la démission de Abdoul Mbaye du gouvernement. Les libéraux reprochent à l’actuel Premier ministre d’être mêlé dans une affaire louche : le transfèrement des fonds de l’ancien dictateur tchadien Hussein Habré dans les années 90.

Pour Babacar Gaye, porte-parole du PDS, « il serait déshonorable, que le Premier ministre Abdoul Mbaye soit entendu dans le procès d’un dictateur, dans le cadre de détournement de fonds. Cela peut poser un problème d’étique pour le peuple sénégalais ». Fort de ce constat, il annonce le dépôt d’une motion de censure sur la table du Président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse, « pour qu’Abdoul Mbaye cesse d’être notre Premier ministre, même si ces actes ont été commis quand il était banquier. En tout cas, il serait mal venu qu’il soit trainé dans un tribunal pour s’expliquer sur cette affaire de transfèrement d’argent ».

Pour éviter tout problème, nous demandons à tous les députés épris de justice de voter cette motion de censure pour sauver la Nation », a-t-il précisé. Reste à savoir si cette motion de censure va passer à l’Assemblée nationale où la coalition Benno Bokk Yaakaar détient une écrasante majorité. Cependant, le PDS qui compte moins de 20 députés, mise sur les députés non inscrits et une partie de la majorité présidentielle pour renverser le gouvernement d’Abdoul Mbaye, après 9 mois d’exercice.

Source : afrik.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook