• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] SASSOU NGUESSO NIE À LA FRANCE LE DROIT D’ENQUÊTER SUR LES « BIENS MAL ACQUIS »

[POLITIQUE] SASSOU NGUESSO NIE À LA FRANCE LE DROIT D’ENQUÊTER SUR LES « BIENS MAL ACQUIS »

Le président congolais, sur le patrimoine duquel enquêtent des juges français, était reçu lundi matin à l’Elysée par François Hollande.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, reçu lundi par François Hollande, a dénié à la justice française «le droit» d’enquêter sur les «biens mal acquis», estimant qu’il s’agissait d’une entorse au principe de non-ingérence.

«Ce que nous voulons rappeler, c’est que le principe auquel nous avons tous souscrit au plan international est celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures», a déclaré le chef de l’Etat congolais à l’issue d’un entretien de plus d’une heure avec son homologue français. Ce principe doit être «respecté pour que la justice en France ne se sente pas le droit de traiter de questions qui intéressent les problèmes intérieurs aux autres Etats», a-t-il insisté.

«Voilà, c’est ça le principe», a conclu Denis Sassou Nguesso. A son arrivée à l’Elysée, François Hollande s’était abstenu de descendre les marches du perron pour l’accueillir, échangeant une brève poignée de main. Interrogé par un journaliste qui lui demandait si cette affaire lui empoisonnait la vie et l’empêchait de dormir, Denis Sassou Nguesso a répondu d’un lapidaire : «Certainement pas».

Deux juges parisiens enquêtent sur les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier aurait été acquis en France par Denis Sassou Nguesso, l’ancien président gabonais Omar Bongo et le président de Guinée équatoriale Teodoro Obiang ainsi que certains de leurs proches.

Dans un communiqué, la présidence française a indiqué qu’il avait «été convenu de poursuivre le développement des relations économiques entre la France et le Congo» mais «dans un cadre de transparence renforcé». Les présidents français et congolais ont par ailleurs «constaté l’illégalité d’une prise de pouvoir par la force» en République centrafricaine, toujours selon l’Elysée.

A ce propos, François Hollande a souligné sa «volonté» que «l’ensemble des forces politiques centrafricaines soient associées au sein d’un gouvernement d’union nationale», assurant de nouveau que «la présence militaire en Centrafrique est seulement destinée à renforcer la sécurité des ressortissants français». «Nous sommes en train de chercher la mise en place d’instances de transition pour aller vers des élections», a indiqué pour sa part le président congolais, relevant que «ce n’est pas en faisant ainsi qu’on légitime un coup de force».

Sur la situation en République démocratique du Congo, les présidents français et congolais «se sont réjouis de l’adoption» d’une résolution des Nations unies qui permettra «le déploiement d’une brigade d’intervention africaine dotée d’un mandat robuste», selon la présidence française. Le chef de l’Etat français a par ailleurs «remercié son homologue congolais pour le soutien politique et logistique apporté aux forces africaines et à la France dans le cadre de l’opération de libération du Nord du Mali», toujours selon l’Elysée.

Nguesso incarne «une caricature de cleptocratie»

L’avocat de l’ONG Transparency France a estimé lundi que le droit et l’histoire «ne sont plus les amis depuis longtemps du président congolais Denis Sassou Nguesso», qui dénie à la justice française le droit d’enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Sassou Nguesso «incarne aujourd’hui une caricature de cleptocratie, celle d’un chef d’Etat riche à la tête d’un pays pauvre», a déclaré Me William Bourdon, à l’origine de la plainte sur les biens mal acquis. «Mais le droit et l’histoire ne sont plus ses amis depuis longtemps», a-t-il ajouté.

Pour Me Bourdon, «il ne s’agit pas de non ingérence mais de l’application du droit français et international». «Sassou Nguesso ne peut invoquer la souveraineté pour se mettre à l’abri de tous les crimes, que ce soient les crimes de sang ou les crimes en col blanc», a rajouté l’avocat.

Les ONG Sherpa, dirigée par Me Bourdon, et Transparency International France sont à l’origine de la plainte qui a déclenché cette enquête. Dans cette enquête, en février, une perquisition a eu lieu dans une propriété à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) appartenant à une proche de Sassou Nguesso, selon une source proche de l’enquête.

Source : Libération

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook