• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] QUEEN TAUBIRA : L’OVNI POLITIQUE EST-IL DE NOUVEAU DANS LES STARTING BLOCK ?

[POLITIQUE] QUEEN TAUBIRA : L’OVNI POLITIQUE EST-IL DE NOUVEAU DANS LES STARTING BLOCK ?

Taubira ! Un nom qui sonne comme une claque et dont l’évoque provoque soit la passion ou la détestation, « Taubira soit on la déteste soit on l’aime » disait un de ses collègues.

Dernier mohican humaniste, elle est celle qui par sa verve son bagou, son talent oratoire a su marquer son passage dans l’hémicycle du palais Bourbon, mais aussi grâce à un ensemble de lois qui portent son nom. Progressivement comparée à Angela Davis et maintenant comme la nouvelle Simone Veil, elle s’impose aujourd’hui comme une icône incontournable de la gauche.

Mais que sait-on réellement d’elle ?

Femme multicolore, noire, libre, loyal dont elle fait de sa pauvreté un capital, voilà comment se définit cette mère de 4 enfants. Christiane Taubira est une femme politique française, née 2 février 1952 à Cayenne. Diplômée en sciences économiques, d’agro-alimentaire et d’ethnologie afro-américaine, elle débute sa carrière politique comme militante indépendantiste, députée de Guyane de 1993 à 2012. Première candidate d’outre-mer à se présenter à la législature suprême en 2002 sous la bannière du Parti Radical de Gauche elle récolte 2,32 % de suffrages.

Garde des sceaux, ministre de la justice de mai 2012 à janvier 2016, elle claque la porte du gouvernement Valls « sur un désaccord politique majeur » comme elle le dit si bien : « parfois résister, c’est partir ».  À 64 ans, celle qui se fait surnommer par ses partisans et proches « Queen Taubira » Tantine ou « Famn doubout » (femme debout) a déjà une carrière bien remplie derrière elle, celle dont toute la symbolique du départ en 2016 repose sur la notion de la liberté et un départ en bicyclette ; un départ qui signifie peut-être la prise en charge d’un destin commençant et conquérant.

En politique dit-on « les meilleurs retours sont conditionnés par les meilleurs départs et les meilleurs départs sont ceux qui disent Non ! ». C’est De Gaulle en 1946, François Mitterrand en 1958 serait-ce celui de Taubira en 2016 ?

Elle l’avait pourtant réitéré dans le cadre de l’émission de Michel Denisot ‘’conversations secrètes ‘’, « non! Je ne serai pas candidate ». À l’aube de la présidentielle de 2017, Taubira est de plus en plus pressenti comme candidate de Gauche.

D’après Libération plusieurs élus socialistes, un à un courtisent l’ex Garde des sceaux : Claude Bartolone (président de l’assemblée Nationale), Jean Christophe Cambadélis (Secrétaire General du PS). Elle confirme aux journalistes cet intérêt tout ajoutant que « ces rendez-vous ne sont jamais à (son) initiative »« je vois venir l’embardée, mais je ne raisonne pas avec moi au centre ».

Selon le Quotidien Benoit Hamon et Marie-Noel Lienemann ne seraient pas sûrs de maintenir à leurs candidatures si venait à entrer en course. Il faut bien avouer que depuis sa loi sur le « mariage pour tous », Taubira séduit à la fois élus socialistes et proches d’Hollande qui caressent de plus en plus le rêve d’une candidature Taubira.

Candidate ou pas de toute façon l’avenir nous le dira.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook