• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] POURQUOI OBAMA A SIMULÉ UN AVERTISSEMENT CONTRE KAGAME SUR LA SITUATION EN RDC ?

[POLITIQUE] POURQUOI OBAMA A SIMULÉ UN AVERTISSEMENT CONTRE KAGAME SUR LA SITUATION EN RDC ?

Sous pression, le président des États-Unis Barack Obama a téléphoné à Paul Kagame pour lui souligner l’importance de cesser « de manière permanente tout soutien à des groupes rebelles en RDC » considèrant qu’ « un soutien au groupe rebelle M23 était incompatible » avec « le désir de stabilité et de paix du Rwanda » selon un communiqué de la Maison Blanche diffusé le 18 décembre.

Fortement jugé ces dernières semaines par divers groupes de pression en raison de son silence inapproprié sur une situation humanitaire désastreuse à Goma (RDC) et de son absence de sanctions à l’encontre du Rwanda pour son soutien au M23, Obama est enfin sorti de son silence et a appelé Kagame, exigeant qu’il cesse tout soutien au groupe rebelle M23.

Est-ce que l’avertissement du président américain est à prendre au sérieux ?

Évidemment non. Le Rwanda est un des principaux bénéficiaires de l’aide financière américaine en Afrique. Rappelons que l’économie du Rwanda est basée en grande partie sur l’aide étrangère. Si Obama voulait vraiment faire pression sur le Rwanda, pays complice de l’actuel génocide en RDC, il n’aurait pas seulement rendu un avertissement public, il aurait aussi réduit voire suspendu son aide financière ! Ce pseudo avertissement n’était qu’un coup de bluff médiatique destiné à faire remonter sa côte de popularité.

Serait-il dans l’intérêt du Chef d’État américain de voir la guerre s’arrêter en RDC ?

Bien sûr que non. Comme énoncé précédemment, les États-Unis financent le pays de Kagame et ce dernier finance et arme les rebelles donc les États-Unis financent indirectement la guerre qui se déroule en RDC. Le pays dirigé par un Rwandais d’origine, Joseph Kabila, possède 80% du cobalt mondial, un minéral qui sert à la fabrication d’appareils technologiques modernes comme les armes, les téléphone cellulaires et les ordinateurs. En outre, le territoire regorge à profusion de pétrole et de diamants. Ainsi, il est probable que le gouvernement US ferme encore les yeux sur la tragédie humaine qui a lieu, tant que le régime congolais ne sera pas assez déstabilisé pour rouvrir l’accès des richesses congolaises aux multinationales du pays de l’Oncle Sam. En effet, Kabila a voulu plus tôt dans l’année réduire l’accès des richesses nationales au Rwanda et aux États-Unis pour privilégier une relation économique avec la Chine.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook