• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] UN MINISTRE ZIMBABWÉEN S’EN PREND À LA CPI

[POLITIQUE] UN MINISTRE ZIMBABWÉEN S’EN PREND À LA CPI

Un haut responsable zimbabwéen a ouvertement critiqué jeudi la Cour pénale internationale (CPI) pour avoir pratiqué les deux poids deux mesures dans le traitement des dirigeants africains et leurs homologues occidentaux, appelant à des efforts concertés de l’Afrique pour bouder la cour basée à La Haye.

« J’espère que les dirigeants africains peuvent se réunir et parler d’une seule voix. La CPI est déterminée à humilier les petits pays ; en cas d’un petit incident en Afrique – ils décident de traîner les dirigeants en justice », a déclaré le ministre de la Justice Emmerson Mnangagwa.

L’Union africaine tient une session extraordinaire de son assemblée ce week-end pour débattre son éventuel retrait de la cour qui traite les crises de guerre.

Sur les 122 États parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, 34 sont des pays africains.

L’UA avait déjà accusé la CPI de chasser les dirigeants africains et d’ignorer les atrocités commises ailleurs.

M. Mnangagwa, égalementn membre du parti au pouvoir, a déclaré que la CPI avait montré a l’Afrique qu’elle n’est pas juste à l’égard de ceux qui sont convoqués à comparaître devant le tribunal, épargnant l’ancien président américain George W. Bush et l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, qui doivent comparître devant les tribunaux pour avoir déclenché la guerre en Irak.

Le Zimbabwe est signataire de la Convention de la CPI, mais le pacte n’a pas été ratifié par le Parlement. M. Mnangagwa a déclaré qu’il ne pensait pas que son pays la ratifiera et, au contraire, le pays discutera avec ses amis et leur faire remarquer que la CPI était contre l’Afrique.

Source : afriquinfos.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook