• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] MICHEL ATANGANA DÉTENU AU CAMEROUN DEPUIS 16 ANS

[POLITIQUE] MICHEL ATANGANA DÉTENU AU CAMEROUN DEPUIS 16 ANS

Cela fait 16 ans que Michel Atangana est détenu au Cameroun. Ce français de 48 ans a été condamné une première fois à 15 ans de prison pour corruption puis une seconde fois à 20 ans pour les mêmes faits.

Michel Atangana est né au Cameroun et a été naturalisé français depuis 1988. Quand il retourne dans son pays d’origine en 1992 le gouvernement le nomme à la présidence d’un comité de pilotage associant les autorités et plusieurs entreprises de BTP dans le but de créer des axes autoroutiers. Il rendait compte de ses activités à Titus Edzoa, alors secrétaire général de la présidence camerounaise, qui annoncera plus tard sa candidature à la présidentielle de 1997.

C’est à partir de ce moment que les ennuis commencent pour Atangana. En mai 1997 il est arrêté pour corruption. Edzoa subira le même sort en juillet. Les deux hommes sont jugés en octobre et condamnés à quinze ans de prison sous motif de « détournement, tentative de détournement de deniers publics et trafic d’influence en coaction ». En 2012 Atangana est condamné une seconde fois à 20 ans de prison pour les mêmes faits. Il est détenu dans une cellule spéciale dans les sous-sols du secrétariat de la défense à Yaoundé. Comme ce n’est pas une prison officielle il ne bénéficie d’aucun droit de visite.

Atangana n’a pas vu sa famille depuis son arrestation. Son plus jeune fils, âgé de 16 ans, ne l’a pratiquement pas connu. Sa famille et son comité de soutien au Cameroun se sont associés à SOS Racisme pour constituer un comité de soutien en France et demander l’aide du gouvernement. Selon ses proches Atangana serait victime d’une machination visant à faire tomber Edzoa. Il aurait été au mauvais endroit au mauvais moment.

La venue de Paul Biya, le président du Cameroun, le 30 janvier à l’Elysée a été l’occasion de remettre cette affaire sur la table. Le comité de soutien avait organisé une petite manifestation. Plusieurs personnalités, telles que Pierre Bergé, le président d’Yves Saint Laurent, ou la comédienne Josiane Balasko ont participé. François Hollande avait interpellé Biya sur les conditions de détention d’Atangana lors du sommet de la francophonie à Kinshasa en octobre 2012 mais n’avait pas obtenu de réponse. Sa famille et son avocat espèrent que cette rencontre et le soutien de l’Elysée feront avancer le dossier.

Source : noirsdefrance.fr

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook