• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] MALI : LA CHINE OCTROIE UNE AIDE DE 49 MILLIONS D’EUROS POUR LA RECONSTRUCTION

[POLITIQUE] MALI : LA CHINE OCTROIE UNE AIDE DE 49 MILLIONS D’EUROS POUR LA RECONSTRUCTION

La Chine va accorder au Mali une aide supplémentaire d’environ 32 milliards de FCFA (soit 48 780 487,8 euros) pour aider ce pays à maintenir la paix et à réaliser son plan de relance durable, a-t-on appris jeudi à l’issue d’une audience accordée par le Premier ministre malien, Diango Cissoko, à l’ambassadeur de Chine au Mali, Cao Zhangming.

Cette aide accordée au titre de l’année 2013 est composée de don de 27,9 milliards de FCFA et 4 milliards de FCFA de prêt sans intérêt.

Elle est destinée à des projets convenus entre les deux parties et à l’aide humanitaire.

Le diplomate chinois a indiqué que son pays allait soutenir le Mali dans l’unification nationale, le rétablissement de l’intégrité territoriale et son développement.

Le Mali et la Chine entretiennent de fructueuses relations de coopération depuis les premières années de l’indépendance malienne en 1960.

L’aide financière chinoise au Mali a permis récemment la réalisation d’infrastructures comme le Centre international de conférences de Bamako (CICB), le Stade du 26 mars, un troisième pont à Bamako, le mémorial Modibo Keïta, la construction de trois stades à San, Koutiala et Bougouni, des Maisons de la Femme et de l’Enfant à Bamako et dans les régions et la construction de deux écoles rurales à Sévaré, dans la région de Mopti et à M’Péssoba, dans la région de Sikasso.

Cependant, il faut se rendre à l’évidence et reconnaître que l’ouverture des frontières du Mali avec la Chine ne favorise pas de manière intégrale l’insertion dynamique du pays dans le processus mondial. La libéralisation des échanges entre les deux pays a contribué à une disparition massive des activités manufacturières au Mali, et par conséquent un accroissement rapide du chômage d’artisans. Ceci est surtout manifeste dans le domaine du textile. C’est le constat fait par Jean Pisani Ferry, selon qui « il est théoriquement indubitable que la mondialisation supprime des emplois ». Un exemple manifeste de cette situation au Mali, c’est le recul de l’activité de milliers de petits tailleurs et couturiers, de tisserands qui sont les victimes de la concurrence des grandes entreprises textiles chinoises, dont les habits de tout genre saturent le marché. Ces vêtements qui sont des plus variés et vendus à des prix défiant toute concurrence, amènent le consommateur malien à rompre avec les petits tailleurs, jugés lents et chers.

Sources : http://www.africanmanager.com/150988.html et http://www.aercafrica.org/documents/china_africa_relations/Mali.pdf

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook