• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] MALI : 5000 ISLAMISTES SALAFISTES MENACENT BAMAKO

[POLITIQUE] MALI : 5000 ISLAMISTES SALAFISTES MENACENT BAMAKO

Réunion annuelle de la secte islamiste Dawa : La polémique enfle autour de la venue de 5000 islamistes à Bamako ce vendredi. La mosquée de Markaz à Banankabougou en Commune VI va accueillir à la fin de cette semaine plusieurs prêcheurs islamistes, dont des ressortissants pakistanais et indiens. Ça sera à l’occasion de la rencontre annuelle de la secte islamiste Dawa prévue du 14 au 21 septembre à laquelle sont attendus selon les organisateurs près de 5000 adeptes dont l’arrivée divise déjà au plus haut sommet de l’état malien à cause d’un contexte marqué par l’invasion islamiste au Nord.

Le moins que l’on puisse dire, est que cette nouvelle soulève de nombreuses polémiques. De nombreux Maliens s’interrogent surtout sur le fait que de tels individus puissent en toute liberté venir au Mali dans un contexte marqué par l’invasion islamiste au Nord de notre pays. Le sujet était au centre d’une communication orale faite le mercredi dernier en conseil des ministres par le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile. Selon le général Tiéfing Konaté, «le regroupement spécial de cette année est prévu du 14 au 21 septembre 2012 et explique l’arrivée, depuis quelques semaines, de plusieurs personnes de différentes nationalités. Ainsi, le centre qui est situé à la mosquée de Markaz à Banankabougou en Commune VI, accueille actuellement 25 Mauritaniens, 8 Guinéens, 17 Bissau-guinéens, 12 Gambiens et 2 Sénégalais». Et selon les organisateurs, ce sont 5000 adeptes qui sont attendus à Bamako d’ici vendredi prochain dont sont annoncés plusieurs dizaines de Pakistanais et Indiens.

Malgré les assurances données par le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, le général Tiéfing Konaté, qui a annoncé que « toutes les dispositions sont prises pour suivre de près l’association. Toutes les unités sont mises à contribution pour non seulement surveiller les activités au sein de la mosquée Markaz mais également pour suivre les mouvements des participants dans les différentes mosquées qu’ils fréquentent, des voix notamment au sommet de l’Etat s’élèvent pour demander l’annulation pure et simple de la rencontre à cause de la situation particulière du pays, l’occupation du Nord par les intégristes et la fragilité des institutions de la République.

De hauts responsables demandent au gouvernement de prendre des dispositions pour «éconduire les invités déjà présents sur le territoire et d’interdire l’accès du territoire national aux participants annoncés». Tout en demandant à nos ambassades d’arrêter immédiatement la délivrance de documents à toute personne reconnue adepte de la Dawa. Aussi, on soutient que le nombre de 5000 participants annoncés à la Dawa a été volontairement minoré par les organisateurs dans le but de ne pas éveiller le soupçon des autorités nationales à qui il a été signalé que les participants annoncés à la Dawa, des djihadistes, auraient constitué des cellules dormantes à Bamako et des caches d’armes. Autre danger soulevé est le risque d’affrontement entre les islamistes et les jeunes de Banankabougou en Commune VI où est située la mosquée de Markaz. Enfin, on dénonce les dates arrêtées de la rencontre 21 septembre, veille du 22 septembre date anniversaire de notre indépendance comme une provocation et pourrait être une occasion rêvée pour perpétrer des actes terroristes.
La balle est donc dans le camp du président de la République et le gouvernement qui devront vite trancher dans les meilleurs délais.

Source : Markatié Daou via l’indicateur du renouveau

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook