• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] L’EX-PREMIER MINISTRE IVOIRIEN LIBÉRÉ PLAIDE POUR LES AUTRES PRO-GBAGBO

[POLITIQUE] L’EX-PREMIER MINISTRE IVOIRIEN LIBÉRÉ PLAIDE POUR LES AUTRES PRO-GBAGBO

L‘ex-premier ministre de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, qui vient d’obtenir la liberté provisoire comme sept autres personnalités de son bord, a « supplié » samedi le gouvernement d’Alassane Ouattara de libérer les autres prisonniers pro-Gbagbo.

Gilbert Aké N’Gbo a, « au nom de (ses) amis », remercié « tous ceux qui ont contribué » à ces libérations annoncées jeudi, citant le président Ouattara et son gouvernement.

Détenus dans le nord du pays depuis plus d’un an et demi, l’ex-chef du gouvernement et trois autres ex-prisonniers ont été accueillis dans la liesse à leur arrivée à Abidjan par certains de leurs soutiens réunis dans un hôtel.

« Je voudrais également supplier le gouvernement pour qu’il pense (à) élargir toutes celles et tous ceux qui sont encore privés de liberté en cette fin d’année », a ajouté devant la presse celui qui fut Premier ministre de M. Gbagbo durant la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 morts.

M. Aké N’Gbo était accompagné de son ex-ministre de l’Economie Désiré Dallo, d’un syndicaliste et d’un journaliste, tout juste libérés comme lui et visiblement en bonne forme.

La justice a annoncé jeudi avoir accordé la liberté provisoire à huit détenus pro-Gbagbo, tous incarcérés après la crise de 2010-2011. Ils sont inculpés de génocide et de crimes de sang pour certains, d’autres uniquement d’atteinte à la sûreté de l’Etat ou d’infractions économiques.

Plusieurs personnalités de l’ancien pouvoir – dont l’ex-première dame, Simone Gbagbo, et le fils franco-ivoirien de l’ancien président, Michel Gbagbo – sont encore en détention. Des dizaines d’autres personnes, des civils et des militaires en poste sous le régime déchu, restent aussi en prison, souvent dans le Nord.

Les dernières libérations doivent participer « à l’apaisement du climat social », a estimé le ministre de la Justice Gnénéma Coulibaly dans le quotidien d’État Fraternité-Matin publié samedi, n’excluant pas d’autres libérations.

Les forces de sécurité ont été visées vendredi par deux nouvelles attaques, notamment à Abidjan, qui ont fait au moins un mort et quatre blessés.

Source : Afrique Expansion

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video