• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] LES DISSIDENTS DE BLAISE COMPAORÉ ONT DÉSORMAIS UN PARTI POLITIQUE

[POLITIQUE] LES DISSIDENTS DE BLAISE COMPAORÉ ONT DÉSORMAIS UN PARTI POLITIQUE

Le 4 janvier, plusieurs milliers de cadres et militants du parti de Compaoré, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, parti au pouvoir) ont déposé leur démission dans le cadre de la contestation de la manœuvre politicienne de Blaise Compaoré visant la mise en place du controversé Sénat et la modification de l’article 37 de la constitution, limitant le nombre de mandats présidentiels. Samedi, une centaine d’entre ces membres dissidents du CDP ont mis sur pied à Ouagadougou. Il s’agit du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Le parti qui se veut un mouvement d’opposition sera dirigé par l’ex-chef du parti présidentiel et ancien président de l’assemblée nationale Roch Marc Christian Kaboré.

«Nous venons de porter sur les fonts baptismaux, par l’adoption de ses textes fondamentaux et l’élection de sa direction politique nationale, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le partide tous les espoirs d’une véritable démocratie. Notre parti sera une force de propositions et d’actions engagées dans l’opposition politique pour la défense intransigeante de la république, dans le respect de la constitution a déclaré Roch Marc Christian Kaboré à l’issue de l’assemblée générale constitutive.

L’ancien président de l’Assemblée nationale indique que le MPP est un parti sociale démocrate et se veut un mouvement de rupture avec tout déterminisme et toute fatalité, la mal gouvernance, les méthodes aventuristes et anti démocratiques de gestion du parti au pouvoir. «Depuis ces dernières, le parti présidentiel traverse une crise profonde qui fait balancer dangereusement notre destin commun entre deux lignes opposées : celle de l’approfondissement de la démocratie contre celle de la patrimonialisation du pouvoir», a dit M. Kaboré.

Le secrétaire général du MPP, Clément Sawadogo indique que c’est après une profonde analyse, sur les aspirations profondes et légitimes du peuple à l’expression d’une démocratie véritable, à l’alternance que les démissionnaires du CDP ont décidé de proposer un nouveau contrat politique et de nouvelles perspectives au peuple burkinabè.

Signalons que la dissidence de ces membres a fait suite l’évocation mi décembre, par Blaise Compaoré de l’idée d’un référendum pour modifier l’article 37 de la Constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels et lui interdit de se présenter à l’élection de 2015. M. COmpaoré est au pouvoir depuis 1987, soit plus de 26 ans.

Didier Assogba

Source : Oeildafrique.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video