• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] CHRISTIANE TAUBIRA DÉFIE MANUEL VALLS À LA ROCHELLE

[POLITIQUE] CHRISTIANE TAUBIRA DÉFIE MANUEL VALLS À LA ROCHELLE

La Garde des sceaux a assisté à la réunion des frondeurs qui contestent l’orientation politique du gouvernement. Le premier ministre minimise le geste. «C’est bien que cette université d’été montre qu’il y a des débats», assure-t-il.

De notre envoyé spécial à La Rochelle

Les socialistes redoutaient l’embrasement de leur université d’été. C’est fait. Et c’est Christiane Taubira qui l’a provoqué, samedi matin vers 10h30, en rendant une visite surprise aux frondeurs rassemblés dans un amphithéâtre de La Rochelle. Un soutien implicite à ce mouvement qui conteste l’orientation politique du gouvernement et un défi ouvert lancé à Manuel Valls.

Arrivée en vélo, la garde des Sceaux a reçu l’ovation debout des centaines de militants socialistes qui assistaient à la réunion. Moins d’une semaine après les attaques d’Arnaud Montebourg contre François Hollande, et le remaniement qui s’en est suivi avec son exclusion, c’est une nouvelle crise qui s’ouvre au gouvernement, même si Christiane Taubira n’a pas pris la parole devant les frondeurs. Car la question qu’elle a ainsi posé au premier ministre est celle de savoir s’il osera s’en prendre à elle, icône intouchable de la gauche. En clair, s’il la maintiendra en poste alors qu’elle affiche son opposition à sa ligne. «Elle est entrée dans une démarche, elle sait ce qu’elle fait. Elle s’attend à ce qu’on lui dise qu’elle ne peut pas faire ça», assure Henri Emmanuelli.
La politique c’est le courage de s’interroger
Christiane Taubira, samedi à La Rochelle.
«Vous croyez que le premier ministre est intolérant?», a feint de s’interroger Christiane Taubira en quittant la réunion des frondeurs. La politique c’est le courage de s’interroger. Ce matin j’y ai pris ma part. J’assume les conséquences éventuelles». À savoir son limogeage. Car même si Christiane Taubira n’a pas critiqué ouvertement la ligne politique de Manuel Valls, sa seule présence au milieu des opposants au premier ministre a valeur de symbole. «Qui est leur chef? demandait vendredi soir le patron hollandais des députés PS, Bruno Le Roux. Je veux bien discuter avec eux mais j’ai l’impression que si je les réunis, je vais avoir quinze personnes en face de moi».
Manuel Valls a assuré que la cohésion du gouvernement n’était pas mise en cause. «C’est bien que cette université d’été montre qu’il y a des débats, des discussions. Vous savez, le pays a des doutes, des interrogations, il a exprimé des colères et des frustrations à l’occasion du dernier scrutin, et il n’y aurait pas un débat?», a poursuivi Manuel Valls lors de son arrivée à La Rochelle.
A défaut de leader, les frondeurs ont désormais un visage. Ce qui n’est pas forcément pour leur plaire. S’ils disaient assumer un débat «musclé» entre socialistes, ils n’étaient pas prêts à la rupture, encore moins à franchir un nouvel échelon dans la crise. Aujourd’hui, Christiane Taubira est aussi celle qui, au PS, est toujours vue comme la responsable de la défaite de Lionel Jospin au premier tour de l’élection présidentielle de 2002 lorsqu’elle s’était présentée, au nom du PRG, contre lui. Et comme au PS, on pense aussi à 2017, on commence à se demander si elle ne sera pas celle qui mettra le parti en péril.
Parmi les soutiens de Manuel Valls, on s’attendait plus ou moins à un coup d’éclat de Christiane Taubira, mais pas forcément à La Rochelle. En début de semaine, le nom de la garde des Sceaux avait circulé aux côtés de ceux d’Arnaud Montebourg, de Benoît Hamon et d’Aurélie Filippetti parmi les partants possibles. «Taubira ne voulait pas partir noyée dans une collectivité, encadrée par Hamon et Filippetti. Ce n’est pas son niveau, elle se voit bien au dessus. Elle partira dans une singularité flamboyante», prévoyait un député PS.

Source :

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/08/30/01002-20140830ARTFIG00067-christiane-taubira-defie-manuel-valls-a-la-rochelle.php

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook