• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • POLITIQUE : La CEDEAO préoccupée par la poussée démographique.

POLITIQUE : La CEDEAO préoccupée par la poussée démographique.

 

IL semble bien que l’expansion démographique, soit devenue un phénomène endémique en Afrique de l’Ouest si l’on en croit les conclusions du conclave qui a réuni le 22 juillet dernier les parlementaires de la Communauté des Etats de L’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le Tchad et la Mauritanie, par le biais de leurs représentants, se sont notamment engagés à mettre en place des politiques visant à réduire de façon considérable  « la poussée démographique dans l’espace CEDEAO pour promouvoir un développement viable et durable ». En effet estiment-ils le faible taux de croissance dans cette partie de l’Afrique est inhérent au fort taux de natalité

Le président de l’Assemblée Nationale burkinabè Salifou Diallo a par ailleurs affirmé que : «  quand on a des taux de croissance économique des pays qui sont de l’ordre de 5% à 6% avec un taux de fécondité situé à 6 ou 7% , nous sommes dans une situation de démographie non-maitrisée et nous ne pouvons pas espérer de développement avec une telle situation » . Ainsi, réguler les naissances de telle sorte qu’il puisse avoir dans chaque foyer au moins trois enfants par femme d’ici 2023 est l’objectif escompté.

Mais cette Pilule semble difficile à avaler au sein de la société car, d’aucuns y voient une classe dirigeante africaine caporalisée par l’ELYSEE dans la mesure où, cette réunion parlementaire intervient quelques jours après les déclarations fallacieuses du président français Emmanuel Macron lors du sommet du G20 le 08 juillet 2017 dans lequel, il établissait un lien indélébile entre pauvreté et démographie en Afrique. De plus, elle estime qu’un tel présupposé théorique est de nature à stigmatiser l’Afrique en général et la femme Africaine en particulier. Quand on sait qu’il n’y a pas si longtemps encore, ce continent était considéré comme propice pour le capitalisme occidental en proie à une crise économique endogène.

De ce fait, si l’Afrique connait une régression sur le plan économique ce n’est certainement pas à cause du fort taux de natalité mais à cause de ces occidentaux donneurs de leçons qui adoubent, mettent au sommet de nos Etats des hommes impotents, impopulaires, qui ne pensent qu’à se servir plutôt qu’ de servir la cité. Comme quoi, les institutions ne valent que ce que valent les hommes qui les incarnent.

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Journaliste blogueur, de nationalité gabonaise, étudiant en Lettres Modernes parcours Littératures française(fin de cycle Licence) passionné de lecture, aime le sport football, handball, basketball.

Suivez-nous sur Facebook