• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] BRUITS DE BOTTES : LES SERVICES SECRETS BRITANNIQUES PRÉVOIENT DES ÉVÉNEMENTS GRAVES À ABIDJAN

[POLITIQUE] BRUITS DE BOTTES : LES SERVICES SECRETS BRITANNIQUES PRÉVOIENT DES ÉVÉNEMENTS GRAVES À ABIDJAN

Sur le chemin de la paix, les Ivoiriens ont encore fort à faire, eux qui croyaient que le pire était derrière eux et qu’ils étaient désormais promis au meilleur. Ils devront se raviser si on en croit des petites notes secrètes en provenance du Royaume-Uni qui indiquent clairement que des menaces graves planent sur la Côte d’Ivoire.

Ni le calme apparent qui règne en ce moment sur Abidjan, ni les assurances données chaque jour par le ministre Hamed Bakayoko, le premier policier ivoirien, ne sont de nature à convaincre les britanniques que leurs ressortissants dans la capitale ivoirienne peuvent sortir librement dans la rue et même dormir à la belle étoile, une fois la nuit tombée, sans crainte de trouver malheur en chemin. Pour preuve, dans une note en date du 27 septembre 2013, à l’attention des leurs concitoyens vivant en Côte d’Ivoire dont Aujourd’hui a pu se procurer copie, les services secrets du Royaume uni ne sont pas passés par quatre chemins pour prévenir ces derniers que de graves menaces sécuritaires planent sur leur pays d’accueil. Celles-ci sont principalement de deux ordres.

Premièrement, les grandes oreilles britanniques connues pour inspecter jusque dans les souterrains de la République, écrivent que : « depuis un certain temps, il y a régulièrement des coups de feu autour d’Abidjan. Les attaques se produisent surtout la nuit et les objectifs sont généralement militaires et policiers. De nouveaux évènements du même genre ne sont pas à exclure dans les prochains jours si bien que la situation sécuritaire dans la capitale abidjanaise, peut se détériorer à court terme. » On voit bien qu’ici, les securocrates anglais font certainement allusion aux attaques menées par des groupes armés non identifiés contre les positions des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) qui ont repris ces dernières semaines après un moment d’accalmie et qui ne seraient pas prêtes de s’estomper si on en croit le rapport en question. Deuxièmement, la note secrète prévoit une menace terroriste, d’origine djihadiste à Abidjan. « (…) Il y a une menace générale d’ordre terroriste. Cela, suite à l’intervention de l’armée française au Mali. Il y a donc une possibilité d’attaque, en guise de représailles, visant les intérêts occidentaux dans la région et surtout en Côte d’Ivoire », indiquent les agents de l’ombre. A ces périls, s’ajoutent les braquages à main armée, les vols en réunion et les attaques de domiciles enregistrés chaque jour à Abidjan, mais aussi la grande insécurité qui règne sur les routes ivoiriennes en raison du phénomène des « coupeurs de route ».

Tirant les conclusions de ces menaces diverses, le MI6, le service secret chargé des menaces extérieures, recommande à ses ressortissants d’observer la plus grande prudence qui soit dans son attitude et dans ses déplacements. Ces derniers devront s’abstenir d’effectuer des déplacements non essentiels dans les régions de l’Ouest montagneux, du Haut Sassandra, du Moyen Cavally et du Bas Sassandra. Aussi, est-il recommandé aux ressortissants britanniques à Abidjan, de prendre des conseils de sécurité professionnelle. Tout comme ils devront s’informer sur les derniers développements de l’actualité ivoirienne à travers les médias locaux et le réseau de coordonnateurs de l’ambassade.

De plus, est-il demandé à tous de garder un stock de nourriture, de s’approvisionner en eau, d’éviter toutes les manifestations publiques et garder profil bas, surtout la nuit. En somme, une batterie de mesures préventives à hauteur des graves menaces sécuritaires qui planent sur la capitale ivoirienne selon les services du royaume de la Reine. Des alertes que le régime d’Abidjan gagnerait à prendre au sérieux pour éviter toute surprise désagréable.

Surtout avec les récents évènements graves intervenus le week-end dernier à Nairobi et les djihadistes du Mali voisin qui sont loin d’avoir dit leur dernier mot dans la sous-région. De même, la Ouattarandie tirerait un sacré bénéfice à réduire le champ d’action de ses adversaires qui souhaitent que malheur lui arrive en chemin. Cela, en assainissant davantage le climat politique national avec notamment la libération de tous les prisonniers politiques, le dégel des avoirs des personnalités proches du président Laurent Gbagbo, l’engagement des reformes institutionnelles, le retour sécurisé des exilés, le désarmement effectif et l’insertion socioprofessionnelle des ex-combattants. Pour cela, le chef de l’Etat devra faire sans l’avis des faucons de son camp qui l’inclinent à la raideur alors que l’homme ne tient plus forcément toutes les cartes en main comme à la belle époque du 11 avril 2011.

Aujourd’hui, beaucoup d’eau a coulé sous le pont et un nouvel acteur, François Hollande en l’occurrence, qui n’a pas les prévenances de Nicolas Sarkozy est entré en scène dans la posture de distributeurs de rôles. Sous la pression de ce dernier, Ouattara a déjà consenti à élargir la quasitotalité des dirigeants du front populaire ivoirien et a admis d’ouvrir à nouveau, les discussions avec les partisans du président Laurent Gbagbo snobés hier. Les détracteurs du chef de l’Etat vont même jusqu’à dire que, tenu au portefeuille par le patron de l’Elysée, Ouattara pourrait davantage mettre, dans les prochaines semaines, une couche d’humanité et de démocratie à son régime. A défaut, le robinet pourrait lui être fermé. Déjà que les fins du mois sont difficiles à boucler au niveau du trésor public, on n’ose pas imaginer ce que ça sera si Paris met sa menace à exécution.

Géraldine Diomandé avec Aujourd’hui
Source : http://eburnienews.net/2013/10/bruits-de-bottes-les-services-secrets-britanniques-prevoient-des-evenements-graves-abidjan/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook