• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] BLANCHIMENT D’ARGENT : LE PORTUGAL FLÉCHIT DEVANT L’ANGOLA EN RAISON DE SES INTÉRÊTS

[POLITIQUE] BLANCHIMENT D’ARGENT : LE PORTUGAL FLÉCHIT DEVANT L’ANGOLA EN RAISON DE SES INTÉRÊTS

 Plus rien ne va entre l’Angola et le Portugal. L’ancienne colonie et sa métropole sont en froid depuis quelques jours suite à la décision de la justice portugaise d’enquêter sur les investissements des hauts responsables angolais. En effet, certains proches du régime angolais sont dans le viseur de la Justice portugaise qui les soupçonne de blanchiment d’argent. Une situation qui a provoqué une crise diplomatique entre les deux pays.

En effet, les autorités portugaises soupçonnent les hauts placés de l’Angola de fraude fiscale et de blanchiment d’argent. Parmi les personnalités mises en cause, se trouvent d’éminents hommes politiques dont le vice-président Manuel Vicente et les deux filles du président angolais, Isabel et Tchizé. A la base de la crise, des transactions immobilières douteuses. La démarche de la justice portugaise a fait sortir le président angolais de ses gonds José Eduardo Dos Santos n’a pas supporté l’initiative et a menacé de laisser en queue de poisson le partenariat qui est en train d’être élaboré pour renforcer la coopération entre les deux pays. Il l’a fait  savoir le 15 octobre dernier devant le Parlement de son pays.

« Avec le Portugal, malheureusement, les choses ne vont pas bien. Il y a eu des incompréhensions au niveau des plus hautes instances étatiques et le climat politique actuel n’encourage pas à mettre en œuvre le partenariat stratégique annoncé précédemment », a indiqué José Eduardo Dos Santos, le chef de l’État angolais.

Mais le Portugal craignant les conséquences d’une éventuelle guerre froide avec son ancienne colonie ne veut pas aller loin. Ainsi, il tente de calmer le jeu pour le simple fait que les autorités portugaises ne peuvent pas supporter que les  investisseurs angolais boycottent un Portugal dont l’économie est toujours vacillante avec des dettes à couper le souffle. Donc, pas question de laisser partir l’Angola dont les riches hommes d’affaires ne cessent de reprendre plusieurs entreprises du Portugal en privatisation.

Mais si le Portugal tente de calmer le jeu et a laissé tomber les enquêtes pour ses intérêts, les populations angolaises et surtout l’opposition réclame la démission du ministre des affaires étrangères du Portugal qui a déclaré ce mercredi que le parquet du Portugal a considéré que l’opération financière qui faisait l’objet de l’enquête était clarifiée et expliquée.  L’Angola est classé parmi les pays les plus corrompus du monde par l’ONG Transparency international. Ce pays de l’Afrique australe est le 157e sur 174 pays pris en compte para le rapport. Et pour une fois dans l’histoire des relations diplomatiques entre un pays européen et africain, l’ancienne colonie a eu raison du colonisateur.

Didier ASSOGBA
Lomé – Oeildafrique.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook