• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] ALLIANCE EN FORMATION ENTRE TSHISEKEDI ET KAMERHE

[POLITIQUE] ALLIANCE EN FORMATION ENTRE TSHISEKEDI ET KAMERHE

Admirez l’humilité de deux principales figures de l’opposition, Etienne Tshisekedi wa Mulumba et Vital Kamerhe lwa Kanighini. Le premier s’est humilié pour faire le premier pas vers l’autre. Le petit frère a saisi avec promptitude et spontanéité la main tendue de l’aîné. Résultat: une entrevue en tête à tête, entre les deux hommes les plus craints de Joseph Kabila, le 20 novembre, rue Pétunias, à Limete. De part et d’autre, les proches se flattent d’un entretien très positif à l’issue duquel plusieurs communautés de vue ont été dégagées. C’est donc l’harmonie rétablie entre Pétunias et Mwene-Ditu comme au beau vieux temps. Si cela pouvait durer, ça ne sera que pour le bonheur du peuple congolais assoifé tant de l’alternance après des longues années d’une gestion kabiliste des plus calamiteuses. Même le régime le plus honni du Maréchal Mobutu n’avait pas fait autant de gâchis.

En tout cas pas jusqu’à nous enlever Floribert Chebeya à la vie ou à pousser la prédation jusqu’à brader même le sous-sol de la RD-Congo, ses mines vendues à vil prix à des complices pour se partager la plus-value lorsque la même marchandise sera revendue plus chère. Tout cela, pour plusieurs milliards de dollars comme l’a dénoncé le député britannique Eric Joyce, dans une enquête publiée sur son site. Puisqu’il n’est jamais tard pour bien faire, Tshisekedi et Kamerhe ont compris qu’ils ont tout intérêt à coaliser contre Joseph Kabila au delà de certaines divergences. Surtout en ce moment où l’Est de la République brûle et que nombreux sont convaincus qu’il ne faudra plus laisser à Kabila le monopole de la solution avec le M-23. Faire autrement, c’est revenir au cercle vicieux d’un accord secret entre les deux parties, quitte à ce que les rebelles le dénoncent plus tard. Avis partagé entre le maître des céans rue Pétunias et son hôte. Pour en arriver, les services d’un homme ont été très sollicités, Bruno Tshibala, pionnier de l’UDPS des années 80 et éminence grise de Tshisekedi promu depuis secrétaire général adjoint du parti. Amis et proches l’appellent affectueusement, le dernier des Mohicans.

Il a fait des allées-retour entre Limete et Gombe-Quartier Royal. Quelques heures avant le tête à tête, c’est encore lui qui fait irruption à Mwene-Ditu pour boucler les derniers réglages. Selon des sources recoupées ici et là-bas, Tshisekedi et Kamerhe se sont accordés sur la nécessité d’arrêter «une stratégie commune» face à la revendication tshisekediste de l’impérium et aux négociations réclamées à partir de la crise de l’Est. En témoigne, la feuille de route de Kamerhe, subséquente à la rencontre, à tous les responsables fédéraux et autres cadres de l’UNC dans laquelle il rappelle que le credo c’est Tshisekedi qui a gagné l’élection présidentielle du 28 novembre 2011 et qu’il faille bien le faire pénétrer dans les esprits et dans l’opinion. De Limete, Kamerhe a pris une précaution. D’obtenir du «vieux» qu’il fasse part de la rencontre aux autres leaders de l’opposition d’autant que l’initiative implique un rassemblement de tous. Ce qui lui a été concédé sans broncher de la part d’un Tshisekedi apparemment en passe de changer son approche, pourvu qu’il récupère ce qui lui a été volé. Trois jours après, soit le 23 novembre, Kamerhe reprenait contact. Cette fois-ci par une correspondance dans laquelle il relayait l’assentiment de tous les principaux leaders de l’opposition qu’il avait pris soins de rencontrer individuellement l’un après l’autre. Il ne s’est pas passé vingt-quatre heures que le destinataire lui a donné, dans une lettre, le go, soit de voir, selon des sources dignes de foi, comment matérialiser dans le plus bref délai le projet.

L’opposition s’acheminait donc droit vers une coalition ou quelque chose du genre avec l’ambition de peser pour que les négociations entre Kabila et le M-23 s’élargissent à d’autres. Si elle y parvenait, il y a de quoi craindre que le régime chancelle sérieusement dans les prochaines semaines. Au minimum, il se fera prendre en étau avec la pression rebelle qui monte de l’autre côté. Comme s’ils avaient été inspirés par le même génie, les deux leaders de l’opposition en exil, Roger Lumbala et Antipas Mbusa Nyamwisi se concertent également. C’est Lumbala qui a fait le déplacement de Johannesbourg où le leader du RCD-K/ML s’est réfugié depuis que le régime l’a accusé d’être en intelligence avec le M-23. Sur ce que les deux hommes se sont dit, «CONGONEWS» promet d’en donner les détails dans sa prochaine édition.

Source : 7sur7.cd

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook