• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] 27 ANS APRÈS LA MORT DE THOMAS SANKARA, LE FOND MONETAIRE AFRICAIN VOIT ENFIN LE JOUR

[POLITIQUE] 27 ANS APRÈS LA MORT DE THOMAS SANKARA, LE FOND MONETAIRE AFRICAIN VOIT ENFIN LE JOUR

C‘était l’un des principaux combats de Thomas Sankara, suivi après par le guide libyen Mohammar Kadhafi, celui d’affranchir totalement les pays africains du poids de leur dette, ainsi que des créanciers occidentaux et des organismes prêteurs comme le FMI et la Banque Mondiale. Organismes qui selon eux n’aident pas du tout l’Afrique, mais au contraire l’étranglent d’avantage avec des taux d’intérêts exorbitants allant parfois jusque 25% du montant initial, poussant ainsi ces pays à brader complètement leurs ressources naturelles, et à privilégier certains partenaires commerciaux imposés par ces mêmes créanciers. Ce mécanisme destructeur de l’Afrique est volontaire, on l’appelle la « gouvernance par la dette ».

Thomas Sankara l’avait déjà dénoncé il y’a 28 ans, et ça lui a coûté sa vie. En 2010 Kadhafi récidive et dénonce à son tour la mafia, un an plus tard il est lâchement assassiné après des révoltes préfabriquées.
Le projet de fond monétaire a ainsi été retardé, quasiment placé aux oubliettes. Mais aujourd’hui, à l’initiative de l’Afrique du Sud il vient enfin de voir le jour.
Même sin, son montant initialement de 50 milliards, a été revu à la baisse à un peu plus de 22 milliards.

Le 23ème Sommet de l’Union africaine (UA) tenu à Malabo vient d’adopter les statuts du Fonds monétaire africain (FMA), une institution financière panafricaine dotée d’un capital initial de 22,64 milliards de dollars et ayant pour mission de promouvoir le développement économique du continent.

Le fonds, dont la mise en place est prévue par l’acte constitutif de l’UA adopté en 2000 à Syrte en Libye, a pour vocation de contribuer à la stabilité économique et à la gestion des crises financières en Afrique, en favorisant la croissance macroéconomique et le développement du commerce intra-régional.

Selon le Commissaire de l’Union africaine aux affaires économiques, Anthony Maruping, le FMA a été créé pour prendre en charge les questions macro-économiques sur le continent.

Le processus de mise en place du FMA a été retardé par l’attachement des cinq plus gros contributeurs de l’UA (Libye, Egypte, Algérie, Nigeria et Afrique du Sud) à un droit de veto sur la gestion du capital et le fonctionnement de l’institution.

Un consensus a finalement été trouvé lors du sommet de Malabo pour qu’un poste d’administrateur permanent soit attribué à chaque pays participant à plus de 3,5% au capital du FMA. L’octroi d’un droit de veto aux gros contributeurs a été cependant rejeté.

Le capital du fonds sera mobilisé auprès des Etats africains en fonction de plusieurs critères, dont notamment la taille de leurs économies et leurs réserves en devises.

L’Afrique du Sud devrait être le plus gros contributeur au capital du fonds, qui sera basé à Yaoundé, au Cameroun, avec 8,05% des parts, ce qui représente une contribution de près de 1 milliard de dollars, suivie par le Nigeria (7,94%, ou 899 millions de dollars), l’Egypte (6,12%/ 693 millions de dollars) et l’Algérie (4,59%/ 520 millions de dollars).

NegroNews avec AgenceEcofin

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook