• Accueil
  • >
  • MUSIQUE
  • >
  • PLUSIEURS RADIOS BOYCOTTENT LA MUSIQUE DE MICHAEL JACKSON

PLUSIEURS RADIOS BOYCOTTENT LA MUSIQUE DE MICHAEL JACKSON

Des dizaines de stations de radio du monde entier ont retiré la musique de Michael Jackson de leurs listes de lecture, après la diffusion dimanche du documentaire Leaving Neverland qui revient sur les abus sexuels que le chanteur aurait commis de son vivant sur des enfants.

« Jugement éditorial »

Des radios canadiennes et néo-zélandaises ont lancé lundi une campagne de boycott contre les chansons de Michael Jackson suite à la diffusion aux Etats-Unis du documentaire Leaving Neverland, qui a relancé les accusations de pédophiles qui ont suivi l’artiste dans les années 1990-2000.

Malgré les menaces juridiques du clan Jackson, le documentaire a été vendu dans plusieurs dizaines de pays et sera diffusé en France sur M6 le 21 mars.

En Nouvelle-Zélande, le radiodiffuseur public et ses principaux concurrents commerciaux – où plus de la moitié des auditeurs sont présents – se sont unis pour ne pas jouer les succès musicaux de Jackson.

RNZ, une entreprise publique, a déclaré qu’elle appliquait un « jugement éditorial » à toute musique qu’elle diffusait, et que Jackson n’y figurait pas actuellement. MediaWorks, qui possède neuf grandes stations de radio commerciales, a confirmé que l’artiste avait été retiré de toutes les listes de lecture de toutes ses stations en tant que « reflet de nos auditeurs et de leurs préférences ».

Son concurrent NZME lui a emboîté le pas, avec le réalisateur Dean Buchanan : « Les playlists changent de semaine en semaine et pour l’instant, Michael Jackson n’y figure pas ».

Un choix du public

Auparavant, trois grandes stations de radio canadiennes avaient abandonné les chansons du célèbre interprète de Heal the world. Le propriétaire des stations francophones de Montréal, CKOI et Rythme, ainsi que de The Beat, de langue anglaise, a déclaré que sa musique avait été retirée lundi matin.

Christine Dicaire, porte-parole de la société de médias Cogeco, a déclaré que cette décision – qui concerne également 23 stations de radio plus petites – répondait aux réactions des auditeurs face au documentaire.

D’autres grandes chaînes de télévision, telles que la BBC, ont démenti les informations selon lesquelles elles auraient banni Michael Jackson, affirmant que chaque morceau de musique était considéré à sa juste valeur par chaque réseau.

En Nouvelle-Zélande, on ignore combien de temps durera l’interdiction. MediaWorks a déclaré « notre public nous guidera » sur la question de savoir si la suppression est permanente. RNZ – qui compte plus de 600 000 auditeurs par semaine – a déclaré qu’à l’heure actuelle, la seule exception serait que les chansons soient interprétées « dans le cadre d’un reportage ou pour colorer un commentaire ».

Les révélations de « Leaving Neverland »

Le documentaire Leaving Neverland a commencé à être diffusé sur HBO dimanche. Il détaille les allégations d’abus de deux hommes qui avaient précédemment nié que Jackson les ait agressés et soutenus contre les autorités.

Dans le documentaire de quatre heures, deux hommes accusent l’artiste décédé d’abus sexuel très répandu et révèle avoir même participé à un simulacre de mariage avec la pop star.

L’équipe du chanteur a qualifié le documentaire de « tentative scandaleuse et pathétique d’exploitation et de profit sur Michael Jackson », alors que les fans auraient proféré des menaces contre le réalisateur du film, Dan Reed, lauréat du prix Bafta, ainsi que des menaces de mort contre les deux hommes.

Dans une interview accordée au London Telegraph, Reed a déclaré que les fans de pop auraient besoin de réévaluer leurs connaissances s’ils étaient à l’aise vis-à-vis du fait d’écouter Michael Jackson à la suite des accusations. « Les gens vont devoir écouter sa musique sachant qu’il était un violeur d’enfant prolifique. S’ils sont à l’aise avec ça, bien. Si ce n’est pas le cas, écoutez peut-être autre chose pendant un moment », a-t-il dit.

Leon Wratt, directeur du contenu du groupe MediaWorks, a déclaré à Magic FM : « Le public a toujours été divisé sur Michael. Vous avez 500 chansons sur une liste de lecture et vous devez décider lesquelles les gens souhaiteraient écouter ».

« Nous [MediaWorks] ne sommes pas en train de décider si Michael Jackson est coupable de pédophilie, nous voulons juste nous assurer que nos stations de radio vont jouer la musique que les gens veulent entendre ».

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook