• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • LA PERSÉCUTION DES ALBINOS SE POURSUIT MALGRÉ LA SENSIBILISATION

LA PERSÉCUTION DES ALBINOS SE POURSUIT MALGRÉ LA SENSIBILISATION

En ce 13 juin, journée Internationale de la sensibilisation à l’albinisme, il est important de faire comprendre à l’attention des agresseurs d’albinos que leurs croyances sur ces êtres sont infondées. Si les os des albinos étaient l’ingrédient phare pour une potion qui porte chance, alors combien parmi leurs agresseurs ont eu la chance tant espérée dans leur vie ? Ne croyez-vous pas que cela aurait fait grand bruit dans les médias ? Ne croyez-vous pas que la société serait en voie de disparition, pour avoir servi maintes fois de sacrifice ?

Il est temps de faire entendre à toutes ces personnes, que l’albinisme est malheureusement au départ une maladie. Et cette maladie est due au fait d’une insuffisance de mélanine, cette substance qui donne sa couleur à notre peau. Pourtant, la fréquence des agressions est recrudescente. Au Malawi, ce sont au moins 18 albinos qui ont été tués et 5 autres kidnappés depuis novembre 2014, selon Amnesty International. Trois personnes souffrant d’albinisme ont déjà été tuées depuis le début de l’année au Malawi. Des attaques brutales alimentées par des pratiques rituelles. Les os des victimes seraient vendus à des guérisseurs traditionnels au Malawi et au Mozambique pour des potions censées porter chance.

« La Tanzanie a réussi à contrôler les pratiques de médecine traditionnelle et les pratiques de sorcellerie dans le pays, ce qui a peut-être transféré le problème au Malawi. Les frontières sont très poreuses dans la région : Tanzanie, Mozambique, Malawi, il n’y a pas vraiment de contrôle et les trafiquants peuvent facilement traverser d’un pays à l’autre » , assure Niel Gilmore, du bureau des Nations Unies à Lilongwe. Dans certains cas, les trafiquants vont jusqu’à exhumer les corps d’albinos pour revendre leurs os. Outre le manque de campagne d’information sur cette maladie, les ONG locales dénoncent la passivité des autorités, car le manque de sanction encourage les trafiquants à continuer, rapporte RFI.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook