PAUL KAGAME A FERMÉ PLUS DE 6000 ÉGLISES ET MOSQUÉES

Pour des raisons socio-économiques, le président du Rwanda aurait fermé plus de 6000 églises et une centaine de mosquée. Depuis quelques jours, l’état rwandais a pris des mesures pour dissocier les organisations confessionnelles des organisations de la société civile.

L’homme fort de Kigali vise à réguler le milieu religieux dans son pays. Pour Paul Kagamé , la capitale Kigali compterait 700 églises. Un chiffre qu’il digère mal. A l’en croire, son pays n’a pas besoin d’une flopée de lieux de culte. « Je ne pense pas que nous ayons autant de forages. Avons-nous même autant d’usines ? Cela est un gâchis »
avait-il déclaré.

En mars dernier, le président rwandais a fait savoir que le nombre élevé des lieux de culte ne pouvait qu’être adapté aux économies plus grandes et plus développées qui ont les moyens de les soutenir. En ce sens, depuis plusieurs mois, le gouvernement a procédé à la fermeture de près de 6 000 églises et une centaine de mosquées, d’après la presse locale.
Kagamé, souvent accusé de violer les droits humains, s’est engagé dans une politique qui n’a pas manqué de susciter des polémiques au Rwanda. Six pasteurs pentecôtistes, qui protestaient contre les fermetures d’églises, ont été arrêté, ce qui a suscité des révoltes dans le pays selon africanews.com.

Dès lors, le gouvernement rwandais a exigé, à tous les pasteurs, d’avoir des diplômes en théologie et d’installer des paratonnerres au sein de toutes les églises. De ce fait le gouvernement aura le contrôle de la situation, ce problème sera réglé pour de bon.

Cette situation divise la population mais une grande partie s’en réjouis car elle met fin à la prolifération des faux pasteurs.

DUNAMIS ADJIGO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook