• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • LE PARTI DE BLAISE COMPAORÉ DEMANDE PARDON AUX BURKINABÉ

LE PARTI DE BLAISE COMPAORÉ DEMANDE PARDON AUX BURKINABÉ

LE PARTI DE BLAISE COMPAORÉ DEMANDE PARDON AUX BURKINABÉ

Serait-ce le retour en grâce de l’ex-président burkinabé Blaise Compaoré exilé en Côte-D’ivoire depuis 2014 renversé par la rue après 27 ans au pouvoir ? Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), parti de l’ancien président, a demandé pardon au peuple burkinabé 6 mai 2018.

L’économiste Eddie Constance Hyacinthe W.Komboïgo à la tête du Congrès pour la démocratie et le progrès, l’ancien parti au pouvoir a fait du fondateur du parti le : « Garant de l’unité et des orientations politiques du CDP» lors du dernier congrès. Le CDP, par la voix de l’actuel président du parti, s’est excusé auprès des Burkinabé pour les torts causés dans la conduite du pouvoir. « Le CDP reconnait que tout n’a pas été parfait lorsque Blaise Compaoré exerçait le pouvoir » et que son parti assume des « parts de responsabilité » pour ne pas avoir répondu « aux exigences des populations » a déclaré le nouveau président du CDP, M. Komboyigo à l’ouverture du congrès du parti.

« Le CDP demande humblement pardon à notre peuple pour tous les actes posés et qui ont contrarié ses aspirations quotidiennes », a laissé entendre M. Komboyigo.

L’ancien président burkinabè, se voit ainsi réhabilité par son parti. L’impérialisme est en marche. Ses sympathisants rêvent d’un retour aux affaires fondateur du parti, ils font croire au peuple qu’il viendra sauver le pays soit lui-même ou son dauphin Komboyigo. Il s’est même vu attribuer des pouvoirs par une motion. Selon la motion adoptée par acclamation par les congressistes, Blaise Compaoré devient « arbitre en dernier ressort des décisions du parti, valide le choix du candidat à l’élection présidentielle et valide les propositions d’union ou de fusion avec d’autres partis ».

Le Burkina est déboussolé, le peuple est fatigué par le marasme économique et l’insécurité organisée qui règne dans le pays le système impérial doit récupérer ses acquis. Cette demande de pardon, se dit être, une invitation dans le but de s’asseoir autour d’une table pour « une réconciliation sérieuse » afin de « bâtir une nation unie, forte et prospère ».

Le retour du meurtrier de Thomas Sankara est amorcé, aucune peine n’est prévue. « Le CDP vient de loin et ambitionne d’aller très loin ». À deux ans de la présidentielle, le Congrès pour la démocratie et le progrès mise sur le désenchantement des Burkinabè, le dauphin de Compaoré doit prendre les reines. « Qui aurait cru que le CDP se reconstruirait après les événements de 2014 ? Mais le CDP est de retour et prêt pour la reconquête du pouvoir », a lancé M.Komboïgo aux milliers de militants euphoriques, rassemblés au palais des sports de Ouagadougou.

Rock Kaboré aurait failli pour que le système impérial fasse revenir la bande à Compaoré ? Les élites africains ne veulent pas cesser de marchander le continent.

DUNAMIS ADJIGO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook