• Accueil
  • >
  • PEOPLE
  • >
  • LE PARQUET SUD AFRICAIN VEUT UNE PEINE PLUS LOURDE POUR OSCAR PISTORIUS

LE PARQUET SUD AFRICAIN VEUT UNE PEINE PLUS LOURDE POUR OSCAR PISTORIUS

Condamné l’année dernière en appel à six ans de prison pour le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, le parquet sud-africain a demandé vendredi à la justice une peine plus lourde pour l’athlète Oscar Pistorius qui joue à nouveau son avenir devant la justice. Dans la nuit du 13 au 14 février 2013, Oscar Pistorius a tuait de quatre balles, chez lui, à Pretoria, sa compagne, qui était enfermée dans les toilettes. Selon lui, il pensait qu’un cambrioleur s’était introduit dans sa maison située dans un lotissement ultra sécurisé, typique des quartiers cossus d’Afrique du Sud, pays à très forte criminalité.
Il s’agit du dernier rebondissement en date dans ce très long feuilleton judiciaire. Le parquet qui avait dénoncé la clémence lors de la condamnation en appel, a requis ce vendredi devant la Cour suprême de Bloemfontein une sentence plus sévère. Oscar Pistorius, qui n’était pas présent à l’audience, «n’a pas montré de remords, a fait valoir Andrea Johnson, la représentante de l’accusation. Il dit simplement qu’il est désolé (…) il ne dit pas qu’il est désolé d’avoir intentionnellement causé la mort de la défunte. Reeva Steenkamp n’avait nulle part pour se cacher. Le meurtre était insensé. (…) Compte tenu de la brutalité du crime (…) la peine est étonnamment légère.»
Un argument que ne soutiens pas l’avocat de l’accusé Me Barry Roux pour qui le juge a « rendu un jugement équilibré. Quand Oscar Pistorius a réalisé ce qu’il avait fait, il était sens dessus-dessous. C’est plus que des regrets. Il voulait aider», rappelant qu’il avait tenté de ranimer sa victime après le drame.
« Mais pourquoi tirer quatre fois sur un petit cabinet de toilettes où il n’y a aucune sortie possible ? Pourquoi imposer la peine de mort à un intrus ?», s’est questionné le juge Pieter Meyer, ce vendredi. « Cette nuit-là, il n’était pas sur ses prothèses, a rappelé Barry Roux. Il était trois heures du matin. Nous savons qu’il avait une peur terrible du crime. Il était absolument vulnérable.». Le dénouement final sur cette affaire n’interviendra pas finalement ce jour, La Cour suprême d’appel ayant décidé de renvoyer son jugement à une date qui n’a pas été précisée.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook