PAIX ET SÉCURITÉ, LE GRAND DÉFI DE L’AFRIQUE

Le récent sommet de l’Union africaine (UA) a été éclipsé par les questions de paix et de sécurité. En particulier, l’accent a été mis sur l’instabilité politique et les conflits armés en Libye, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine, au Mali, en Guinée-Bissau, au Soudan du Sud, en Éthiopie et en Érythrée et en Somalie.

Les schémas de conflits sur le continent, particulièrement en ce qui concerne le terrorisme, ont changé rapidement ces dernières années. Cela signifie que l’UA doit répondre à un environnement hautement complexe et dynamique pour parvenir à la paix. Et une grande variété de partenariats institutionnels, locaux et mondiaux, sont nécessaires pour gérer les conflits et instaurer la paix.

Plusieurs points discutés lors du sommet donnent une indication des principaux problèmes non résolus.

Premièrement, les discussions sur le budget 2019 de l’UA ont montré que cela dépend largement du financement des bailleurs de fonds externes. Cela est important parce que l’UA dépend d’arrangements de financement ad hoc pour les opérations de maintien de la paix.

Deuxièmement, il n’y a pas eu de progrès substantiels dans la réforme de ses institutions, y compris le Conseil de paix et de sécurité. La réforme est vitale si l’UA veut être plus réactive aux conflits.

Troisièmement, étant donné la dynamique du pouvoir dans l’organisation, il n’y a pas eu d’accord sur l’intégration parmi les acteurs clés en Afrique. Cela signifie que la question très controversée de la division du travail entre l’UA et cinq accords régionaux n’a pas été résolue. Les cinq comprennent trois communautés régionales: la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, la Communauté économique des États d’Afrique centrale et la Communauté de développement de l’Afrique du Sud. Et deux autres collaborations: la force en attente de l’Afrique de l’Est et la capacité régionale nord-africaine.

Où cela laisse-t-il l’UA en termes de prochaines étapes?

Des recherches récentes mettent en lumière plusieurs problèmes qui devraient figurer en tête de liste des priorités. Le premier est que l’UA doit affiner ses partenariats stratégiques avec d’autres acteurs internationaux. Cela inclut ses relations avec ses cinq acteurs régionaux et les Nations Unies (ONU).

L’UA doit également rendre la Force africaine en attente pleinement opérationnelle. Cela doit être basé sur toutes les exigences techniques, allant de capacités militaires promises à des opérations de maintien de la paix durables. Dans ce contexte, il est nécessaire de convenir de la relation entre la force en attente (envisagée) et l’organe intérimaire mis en place pour gérer les crises.

Enfin, il doit résoudre la question du financement des opérations de maintien de la paix en Afrique.

Partenariats stratégiques
Un aspect important de la paix et de la sécurité en Afrique est la relation de l’UA avec ses partenaires stratégiques. Ceux-ci incluent l’ONU, les acteurs régionaux du continent et l’UE.

L’UA a agi en tant qu’acteur de sécurité primaire avec plusieurs pays africains fournissant des troupes – initialement l’Ouganda et le Burundi, et plus tard l’Ethiopie, Djibouti, le Kenya et la Sierra Leone. L’ONU, l’UE, l’Autorité intergouvernementale pour le développement en Afrique de l’Est, ainsi que plusieurs pays – notamment les États-Unis, le Royaume-Uni, la Turquie et les Émirats arabes unis ont joué un rôle clé en apportant un soutien politique et financier.

Être capable d’organiser quelque chose d’aussi complexe nécessite de clarifier les rôles et les responsabilités de certains acteurs.

Ce n’est pas toujours le cas. Prenez le rôle des organismes régionaux et la relation de l’UA avec l’ONU. L’UA travaille sur le principe que l’acteur régional le plus proche d’un conflit particulier est le mieux placé pour mener une opération de maintien de la paix. Le Conseil de sécurité de l’ONU délègue le pouvoir au niveau local. L’UA se trouve à l’intersection de ces interactions.

Alors que les acteurs africains du maintien de la paix sont confrontés à une évolution rapide des conflits, en particulier des actes de terrorisme croissants, ils ont de plus en plus besoin d’une grande variété de liens institutionnels mondiaux et locaux et de partenariats hybrides. Mais ils ne sont pas encore tous en place et beaucoup ont besoin de plus de développement et de raffinement.

La Conversation et pour être un acteur continental de maintien de la paix vraiment significatif et de premier plan, l’UA doit également développer la Force Africaine en Attente et travailler pour avoir un financement plus prévisible pour les opérations de maintien de la paix.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook