• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • OBAMA ET L’ÉPINEUSE QUESTION RACIALE : RÉUSSITES ET ÉCHECS

OBAMA ET L’ÉPINEUSE QUESTION RACIALE : RÉUSSITES ET ÉCHECS

Jamais l’élection d’un président américain n’avait suscité tant d’espoir. Le 20 janvier 2009, une foule record de près de 2 millions de personnes se masse sur le Mall de Washington pour assister à la cérémonie d’investiture de Barack Obama. À l’époque, le « New York Times » décrit cette journée comme « un événement décisif dans l’histoire raciale de la nation, l’aboutissement d’un long combat pour les droits civiques ». Pour la communauté noire, l’ancien sénateur de l’Illinois incarne un rêve : celui d’une Amérique post-raciale, enfin débarrassée des démons hérités de l’esclavage et de la ségrégation.

Huit ans plus tard, au crépuscule de l’ère Obama, le rêve s’est envolé. Et avec lui, la promesse d’une nation apaisée et plus égalitaire. Le taux de pauvreté au sein de la population afro-américaine (24 %) reste sensiblement le même qu’en 2008. L’écart de revenus et de patrimoine entre Blancs et Noirs ne cesse de se creuser. Le taux de chômage de la communauté noire demeure près de deux fois supérieures à celui de la population totale. Et les Noirs, qui représentent 13,3 % de la population américaine, constituent 40 % de la population carcérale. Seul progrès notable : l’Obamacare, l’emblématique réforme du système de santé, a permis à des millions d’Américains, dont de nombreux Noirs, d’obtenir une assurance-maladie. Bien maigre bilan.

Du point de vue sociétal, la présidence Obama restera marquée par la très nette dégradation des relations raciales. Trayvon Martin, Michael Brown, Eric Garner, Tamir Rice, Walter Scott, Alton Sterling : la litanie des bavures policières, souvent impunies, a nourri la colère de la communauté noire. À Ferguson, Baltimore ou Charlotte, ce ras-le-bol s’est exprimé dans la violence. Dans le même temps, les meurtres de policiers à New York, Dallas ou Baton Rouge ont attisé la fureur de la droite républicaine envers le mouvement Black Lives Matter, qu’elle tient pour responsable.
NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video