NOUVEAU GOUVERNEMENT GUINÉEN

Le nouveau gouvernement guinéen tant attendu a été dévoilé le samedi 26 mai 2018 sur la chaîne de la télévision nationale de la guinée.
Le gouvernement d’Ibrahima Kassory Fofana est composé de 33 ministres. Parmi ces 33 ministres, deux sont issues de l’opposition et dans un passé très récent étaient farouchement opposés aux actions d’Alpha Condé. Visiblement, les prochaines échéances électorales ont été prises en compte pour la formation de ce nouveau gouvernement.

Ce nouveau gouvernement se présente comme ceci:
1. Ministre D’État chargé des affaires présidentielles, ministre de la Défense Nationale : Mohamed Diané ;
2. Ministre d’État, ministre la Justice, Garde des Sceaux : Maitre Cheick Sako ;
3. Ministre d’État, ministre de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat : Thierno Ousmane Diallo ;
4. Ministre d’État à la présidence, conseiller spécial du président de la République, ministre de l’Industrie et des PME : Tibou Kamara
5. Ministre d’État, ministre des Transports : Aboubacar Sylla, ingénieur, député à l’assemblée nationale ;
6. Ministre d’État, ministre de la Santé : Edouard Niankoye Lamah;
7. Ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation : Général Bouréma Condé ;
8. Ministre des affaires étrangères et guinéens de l’étrangère : Mamady Touré ;
9. Ministre du Plan et du développement économique : Mama Kanny Diallo ;
10. Ministre de l’Énergie et de l’hydraulique : Mamady Camara,économiste, ambassadeur de la république de Guinée en Afrique du Sud ;
11. Ministre de la citoyenneté et de l’unité nationale : Khalifa Gassama Diaby ;
12. Ministre des Travaux publics : Moustapha Naité, ingénieur génie civil;
13. Ministre de l’Énergie et de l’hydraulique : Cheick Taliby Sylla ;
14. Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Abdoulaye Yéro Baldé ;
15. Ministre des Mines et de la géologie : Abdoulaye Magassouba ;
16. Ministre de la Ville et de l’aménagement du territoire : Ibrahima Kourouma ;
17. Ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique : Sanoussy Bantama Sow ;
18. Ministre de la Jeunesse et de l’emploi jeune : Mouctar Diallo,député à l’assemblée nationale ;
19. Ministre des postes, des télécoms et de l’économie numérique : Moustapha Mamy Diaby ;
20. Ministre de la Fonction publique, de la réforme de l’Etat et de la modernisation de l’administration : Billy Nankouma Doumbouya ;
21. Ministre du Budget : Ismaël Dioubaté, en service à la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) ;
22. Ministre de la Sécurité et de la protection civile : Alpha Ibrahima Keira, administrateur civil ;
23. Ministre du Commerce : Boubacar Barry, architecte ;
24. Ministre de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance : Mariama Sylla ;
25. Ministre de l’Éducation nationale et de l’alphabétisation : Mory Sangaré, professeur en service à l’Education nationale ;
26. Ministère de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle, du travail et de l’emploi : Lansana Komara, professeur, membre du Conseil économique et social ;
27. Ministre en charge des investissements et du partenariat public-privé : Gabriel Curtis, précédemment directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements privés (APIP) ;
28. Ministre de la Coopération et de l’intégration africaine : Djènè Keita, fonctionnaire du système des Nations Unies ;
29. Ministre de l’agriculture : Mariama Camara, ingénieur-chimiste;
30. Ministre de l’Environnement, des eaux et forêts : Roger Patrick Millimono, économiste, conseiller à la Banque centrale de la République de Guinée;
31. Ministre de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime : Frédéric Loua ;
32. Ministre de l’information et de la communication : Amara Somparé ; économiste en service à l’administration générale et contrôle des grands projets ;
33. Ministre chargé des hydrocarbures : Zakaria Koulibaly, précédemment directeur général de l’Office national du pétrole.

Pour l’opposition, l’entré au gouvernement de Mouctar Diallo, leader de NFD et Aboubacar Sylla de l’UFC n’est en aucun cas un signe de gouvernement d’unité nationale, mais plus tôt un début des manœuvres visant à affaiblir l’opposition pour se garantir un troisième mandat.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook