CES NOSTALGIQUES DE LA SÉGRÉGATION RACIALE

Le mal est très profond et il continu à ronger l’humanité. Pour combien de temps encore ? Pourrait-on se poser la question. Le suprématisme blanc s’est tellement enraciné dans les mentalités des occidentaux au point où il faudra certainement plusieurs générations pour éradiquer le phénomène de racisme. Malgré la déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’Onu qui reconnait dans son article premier la liberté et l’égalité des humains, malgré les différents combats menés par les Ong pour la promotion des droits de l’homme, pas grand-chose n’a changé. Dans ces sociétés occidentales dites civilisés, les discriminations raciales persistent, alimentées par les courants de tous bords et débouchent sur des dérives verbales comme celles que viennent de servir deux jeunes gens dans une vidéo.

Désorienté par les propos racistes dignes de la période de ségrégation raciale, proférés à l’encontre de la communauté noire par deux jeunes employés blancs de l’entreprise Ernst & Young France à travers une vidéo, Ted NIAMA KOMBO un jeune Congolais a adressé une lettre au Président Directeur Général de cette structure, Jean-Pierre Letartre, pour dire toute son indignation et réclamer une réaction adéquate de ce dernier. Dans cette vidéo postée sur Twitter, on y voit Vassili Delioux et son ami Maxime Seize tenir des propos des plus injurieux sur les noirs. Morceaux choisis : « Les noirs ont la couleur de la merde ». « C’est pas normal que des noirs soit assis pendant que des blancs sont debouts dans le metro ». Des propos qui nous rappellent le combat mené par la célèbre Rosa Park qui en 1955, refusait de céder le siège à un homme blanc dans le bus.

«Il n’y a pas de place dans la société pour le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis. Nous devons tous nous réunir comme des Américains, et être un pays UNI» tweetait récemment la fille du président Américain Ivanka Trump. Des termes pleins de sens, révélateurs de ce qu’il existe encore au sein de plusieurs communautés occidentales, ce sentiment d’être supériorité. Mais malheureusement pour les nostalgiques de l’époque de domination, le temps impose sa loi.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook